Partager :

Quelques semaines après avoir presque triplé la superficie du territoire sous contrôle israélien lors de la guerre des Six jours en 1967, Israël avait engagé des équipes d’universitaires dans le pays afin de trouver des moyens d’encourager les Palestiniens à émigrer des nouveaux territoires occupés.

Selon des documents récemment découverts par Omri Shafer Raviv, étudiant au doctorat au département d’histoire juive de l’université hébraïque, en juillet 1967, le Premier ministre israélien à l’époque, Levi Eshkol, avait réuni un comité d’universitaires comprenant l’éminent sociologue israélien Shemuel Noah Eisenstadt et l’économiste Michael Bruno, le démographe Roberto Baki et le mathématicien Aryeh Dvoretzky – tous reliés par des liens aux couloirs du pouvoir – et les ont envoyés dans les territoires pour étudier la population nouvellement occupée.

L’objectif du « Comité pour le développement des territoires administrés », appelé « Comité des professeurs », était, sur le papier, de créer un organe responsable de la « planification à long terme » dans les territoires occupés. Les professeurs, ainsi que leurs équipes de chercheurs, ont été envoyés dans des villages, des villes et des camps de réfugiés pour interroger des Palestiniens sur leurs vies, leurs besoins et leurs désirs.

Selon Shafer Raviv, le deuxième objectif était de mieux comprendre les Palestiniens des territoires occupés afin de trouver des moyens de s’assurer qu’ils ne résistaient pas au régime militaire qu’Israël leur avait imposé – et qui les dirige encore aujourd’hui – tout en cherchant des moyens de les encourager eux de partir. « Ces premières années ont donné le ton à la politique actuelle d’Israël », a-t-il déclaré.

La menace de la modernité :

Selon Shafer Raviv, lorsque la guerre a pris fin, le gouvernement israélien avait toutes sortes d’objectifs vis-à-vis de la population palestinienne, dont le principal était de réduire le nombre de personnes vivant dans les territoires occupés. « Nous l’avons vu très souvent à Gaza, où les autorités ont estimé qu’elles pourraient réduire de moitié la population de 400 000 à 200 000 personnes afin de faire face au nouveau problème démographique ».

La plupart des Palestiniens à Gaza étaient des réfugiés et le gouvernement voulait démanteler leurs camps de réfugiés et les encourager à quitter le pays, à être absorbés ou à s’intégrer ailleurs, a expliqué Shafer Raviv. « C’est le contexte dans lequel Eshkol a pris la décision de créer le Comité des professeurs ».

Les premières années qui ont suivi le début de l’occupation ont été marquées par une vague de résistance populaire à l’occupation, essentiellement non violente, et notamment par plusieurs grèves de masse. Il y avait aussi une résistance armée de groupes comme le Fatah, qui cherchaient à inspirer une guérilla inspirée par les Vietcongs contre Israël. Un des objectifs que le gouvernement israélien avait confié au Comité des professeurs consistait à comprendre comment limiter la résistance populaire à la domination israélienne, ainsi que mesurer comment des idées révolutionnaires telles que le communisme ou le nationalisme palestinien pourraient prospérer dans les territoires occupés.

Les universitaires, dit Shafer Raviv, ont souscrit à un cadre théorique appelé « théorie de la modernisation » afin d’analyser leurs conclusions empiriques et de formuler des recommandations de politique générale. La théorie, qui suggère que les sociétés passent progressivement du « traditionnel » au « moderne », était très populaire parmi les spécialistes des sciences sociales en Occident, mais elle n’a pas résisté à l’épreuve du temps. Les critiques l’accusent d’être trop centrée sur l’Occident et fondamentalement incapable de rendre compte des changements internes et externes complexes qui affectent les groupes et les sociétés. Ces angles morts théoriques viendraient affecter le travail du Comité des professeurs.

« Les chercheurs ont distingué les jeunes citadins qui tendent à la laïcité et à l’éducation, et qui sont plus enclins à participer à des activités politiques, par opposition à la génération plus âgée beaucoup moins intéressée par la politique, plus traditionnelle, religieuse et agraire. Le premier était considéré comme une menace, alors que le style de vie non politique de ce dernier devait être encouragé », a déclaré Raviv.

Alors que les spécialistes des sciences sociales occidentaux utilisaient la théorie de la modernisation pour tenter de moderniser les sociétés dans le cadre de leurs efforts pour sortir du communisme, les universitaires et les responsables israéliens ont adopté une approche inverse.

« Lorsqu’il a fallu maintenir une population civile sous un régime militaire, la modernisation de la société palestinienne allait à l’encontre des intérêts israéliens », a ajouté Raviv. « Le gouvernement israélien voulait maintenir la population pacifiée occupée et pensait que plus elle se moderniserait, plus la menace de résistance augmenterait. »

Parmi les questions posées par les chercheurs israéliens aux Palestiniens, il y avait ce qu’ils avaient pour le dîner, conçu pour classer s’ils étaient « modernes » ou « traditionnels ». Les grands dîners de famille, par exemple, étaient considérés comme traditionnels, alors que les plus petits dîners étaient un signe de modernité. Cela a eu des conséquences. Une personne jugée plus « moderne » pourrait plus facilement être suspectée d’être laïque et donc plus encline à mener une politique nationaliste ou révolutionnaire.

Il y avait ensuite des questions politiques simples, en particulier dans les camps de réfugiés: « Voulez-vous déménager dans un nouveau pays ? Pourquoi pas ? Qu’est-ce qui vous donnerait envie de bouger ? Quelle est votre solution au problème des réfugiés ? »

Un chercheur et politologue s’est rendu au poste-frontière d’Allenby Bridge en octobre 1967 et a interrogé des Palestiniens alors qu’ils partaient pour la Jordanie. De nombreux Palestiniens traversaient régulièrement les territoires palestiniens occupés et la Jordanie, soit pour travailler, soit parce que leurs familles vivaient à l’étranger, explique Raviv.

« Il a demandé à 500 personnes pourquoi elles avaient choisi de partir et ces réponses seraient ensuite transmises au gouvernement afin qu’il puisse mieux comprendre les raisons pour lesquelles les gens partaient », a déclaré Raviv.

L’universitaire israélien, travaillant avec la permission de l’armée israélienne, a conclu que les Palestiniens partaient pour la Jordanie dans le but de trouver du travail ou d’unifier leur famille. « Sous le régime jordanien, il y avait très peu d’investissements en Cisjordanie, alors quand les Israéliens l’occupaient, il n’y avait tout simplement pas assez de travail », a déclaré Raviv. « Après la guerre, la situation s’est encore détériorée en Cisjordanie. Le gouvernement israélien a préféré maintenir un taux de chômage élevé, le considérant comme une bonne chose qui pousserait les gens à se rendre dans des endroits comme la Jordanie ou le Koweït. »

Prendre les experts par surprise :

Shafer Raviv fait partie d’un groupe d’universitaires israéliens qui ont décidé de centrer leurs recherches sur l’occupation. Alors que les nouveaux historiens tels que Benny Morris et Tom Segev ont révélé des détails de la guerre de 1948 et des années après la fondation d’Israël qui contredisaient le discours sioniste, ce nouveau groupe de chercheurs s’est concentré sur le régime israélien dans les territoires occupés.

L’étude de Raviv est la première du genre, car elle utilise des documents officiels du gouvernement datant de la guerre de 1967 et de ses conséquences qui n’ont été que récemment déclassifiés par les archives nationales israéliennes et les archives de l’armée israélienne.

Jusqu’à la guerre de 1967, la question centrale des conflits israélo-palestiniens était celle des réfugiés palestiniens, chassés de ce qui était devenu Israël, qui avaient fui et à qui Israël avait interdit de rentrer chez eux après la guerre de 1948. Avec la fin de la guerre de 1967, Israël s’est retrouvé dominé par bon nombre de ces mêmes réfugiés qui avaient fui en Cisjordanie et à Gaza près de 20 ans plus tôt.

Selon Raviv, le gouvernement israélien a considéré l’occupation de 1967 comme une occasion de résoudre le problème des réfugiés à son propre rythme, soit en encourageant les réfugiés à partir de leur propre chef, soit en passant un accord avec d’autres États arabes. Mais quand ils ont commencé leurs recherches sur les réfugiés, les professeurs ont découvert quelque chose qui les avait surpris : les réfugiés n’étaient pas intéressés par une solution politique qui n’incluait pas le retour sur leur terre d’origine.

« Les chercheurs avaient l’impression que si les réfugiés pouvaient vivre confortablement dans un endroit comme le Koweït, ils n’auraient aucune raison de vouloir languir dans un camp de réfugiés à Gaza », explique-t-il. « Maintenant, la majorité des réfugiés leur disent: Non, nous voulons revenir à ce qui est devenu Israël. Ceci, bien sûr, était un non-sens pour les autorités israéliennes. »

Les universitaires ont en outre été surpris d’apprendre que les réfugiés avaient des caractéristiques plus « modernes » que la plupart des autres membres de la société palestinienne. « Lorsqu’ils ont été forcés de vivre dans des camps, les réfugiés ont dû laisser leur passé agricole derrière eux, ce qui signifiait que leurs enfants n’avaient aucune raison d’apprendre à travailler la terre », explique Shafer Raviv.

Forcés de quitter le mode de vie, les coutumes et les économies agraires de la « vie de village » pour aller dans des camps, les réfugiés avaient commencé à investir dans l’éducation de leurs enfants, à l’instar de l’UNRWA, l’agence des Nations Unies chargée de gérer les camps de réfugiés. Tout cela, dit Raviv, a eu de lourdes conséquences : le pourcentage de réfugiés illettrés de première génération avoisinait les 70%, mais ce pourcentage est tombé à près de 7%, la deuxième génération ayant été élevée dans des camps de réfugiés.

Le Comité des professeurs espérait renforcer ces « tendances de la modernisation » parmi les réfugiés. Ils pensaient qu’encourager les réfugiés de deuxième génération à recevoir une éducation et à s’installer dans la ville où ils pourraient réaliser leurs rêves conduirait finalement au démantèlement des camps de réfugiés.

Ils ont compris que le simple fait de démanteler les camps de réfugiés et d’encourager les gens à partir conduirait à ce qu’ils ont appelé une « résistance collective ».

« Les universitaires ont compris que pour résoudre le conflit de réfugiés, on ne peut pas parler ouvertement de la résolution du conflit de réfugiés », a déclaré Raviv. « Il fallait faire les choses tranquillement – et quoi de plus calme que de chercher une éducation ou des opportunités d’emploi dans un autre pays? »

L’esprit du comité a perduré :

Certaines des autres recommandations du Comité des professeurs étaient au début contre-intuitives dans leurs objectifs d’encourager l’émigration et de réduire le nombre de Palestiniens vivant sous contrôle israélien.

« L’une des recommandations adoptées par le gouvernement israélien en décembre 1967 était de permettre à quiconque souhaitant quitter les territoires occupés de rentrer chez lui », a déclaré Raviv.

« C’était révolutionnaire. cela allait à l’encontre de la vision générale israélienne adoptée en 1948 qui empêchait le retour des personnes qui quittaient le pays », explique Raviv. « Si vous leur dites à l’avance qu’ils ne peuvent pas revenir, ils ne partiront jamais, car cela impliquerait de se déconnecter de leur famille et de leur pays ».

« Le Comité des professeurs a publié ses premières conclusions en septembre 1967, bien que la première étape de ses recherches soit achevée en février 1968. Il a ensuite communiqué ses conclusions au Premier ministre Eshkol et organisé plusieurs conférences avec des représentants du gouvernement militaire », a déclaré Shafer Raviv.

Plusieurs années plus tard, un document contient une liste d’au moins 30 études portant sur diverses questions telles que la population chrétienne dans les territoires occupés, l’économie de Naplouse et la possibilité de vendre des produits israéliens au Liban, entre autres. Ces projets de recherche se sont poursuivis jusqu’au milieu des années 70, date à laquelle la trace écrite a disparu.

Shafer Raviv affirme que, même si nous ne pouvons pas être certains que les recommandations du Comité des professeurs ont été traduites directement dans la politique du gouvernement – les autorités ont également pris en compte d’autres considérations, telles que les opinions du Shin Bet et de l’armée – l’esprit de leur recherche a certainement eu un impact sur les décideurs.

« Rien ne prouve que les recommandations ont été adoptées uniquement sur la base de ce que le comité a proposé », a-t-il déclaré. « Mais on peut voir un lien entre les recommandations et les politiques. La décision du gouvernement d’encourager l’émigration palestinienne en est un excellent exemple. »

Par Edo Konrad – Publié le 20 juin 2019.

Source : Quds News Network – Traduction : Collectif Palestine Vaincra