Partager :

Le 6 août dernier, des centaines de réfugiés palestiniens ont manifesté devant l’ambassade canadienne à Beyrouth afin de demander au Canada le statut de réfugiés. Depuis, des manifestations sont régulièrement organisées dans l’espoir de pouvoir émigrer au Canada.

Les réfugiés Palestiniens dénoncent notamment les conditions de vie difficile au Liban, accentuées par la nouvelle mesure répressive et anti-palestinienne du ministère du Travail.

Depuis, de nombreux articles de presse affirment que le Canada s’apprête à « accueillir 100 000 réfugiés palestiniens » dans le cadre du plan américain pour le Moyen-Orient. Ce qui a provoqué l’emballement. En réaction, l’ambassade canadienne a réagi et a démenti ces informations :

 

Dans un communiqué publié le 6 septembre, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a mis en garde « contre une nouvelle catastrophe et contre la liquidation de la question des réfugiés par le biais de projets de réinstallation et de déplacement visant des camps palestiniens au Liban, et a appelé à une action nationale urgente contre ces projets ».

Il a souligné « la nécessité de préparer un plan d’action urgent sur le terrain pour s’attaquer à toutes les causes et stratagèmes qui poussent le réfugié palestinien à réclamer une migration massive ».

Le FPLP a poursuivi en affirmant que « ce qui a été publié dans les médias au sujet d’une demande américaine auprès de certains pays d’absorber des milliers de réfugiés palestiniens du Liban est un double jeu. D’un côté, pression d’absorption et de l’autre pression exercée avec les mesures étouffantes imposées aux réfugiés palestiniens. L’objectif est d’éliminer les obstacles à la mise en oeuvre de l’Accord du siècle, de supprimer le droit au Retour et de mettre fin au problème des réfugiés ».

Dans sa déclaration, le FPLP a appelé le gouvernement libanais à répondre aux demandes du peuple palestinien. L’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) a également appelé à « un plan d’urgence visant à rétablir l’espoir et la vie des habitants des camps de réfugiés par le biais de mesures accélérées visant à renforcer la résilience du camp palestinien, à restaurer son identité nationale et à diffuser l’esprit d’espoir et de vie au sein de celui-ci ».

La déclaration du FPLP a souligné que « le peuple palestinien avait prouvé de nombreuses fois sa capacité à déjouer ces projets, soulignant qu’il continuerait à faire respecter ses droits et ses principes, en particulier le droit de retourner dans ses foyers d’où il avait été chassé ».