Partager :

Malgré ce que vous avez pu entendre, l’Autorité palestinienne n’est pas un « gouvernement palestinien ». En effet, « Autorité palestinienne » est un terme impropre, dans la mesure où l’entité n’a pas d’autorité réelle et n’agit pas dans l’intérêt de la plupart des Palestiniens.

Avant tout, ce n’est certainement pas un organe démocratique. Il n’y a pas eu d’élections de l’Autorité palestinienne depuis près de 14 ans, à l’exception des scrutins internes.

La dernière fois que le faux parlement de l’Autorité palestinienne a tenu des élections véritablement démocratiques a eu lieu en 2006. Du point de vue de l’impérialisme américain et de ses alliés, le mauvais parti a été remporté. Le Mouvement de résistance islamique palestinien, le Hamas, a remporté la victoire avec une liste anti-corruption et d’aide sociale, avec une liste électorale de candidats intitulée Changement et réforme. Les électeurs palestiniens ont choisi le Hamas comme un changement par rapport à la corruption perçue au sein du Fatah au pouvoir, le mouvement au pouvoir, de Mahmoud Abbas.

L’échec de la stratégie de « capitulation devant Israël » du processus de paix du président de l’AP par le biais de négociations a également été un facteur dans la défaite surprise de son parti. Cependant, au lieu de réfléchir au message envoyé par les électeurs et de se préparer à la vie dans l’opposition, le Fatah a refusé d’accepter les résultats des élections « libres et équitables » et de transférer le pouvoir au Hamas, le gouvernement nouvellement élu. Les dirigeants du Fatah ont été encouragés dans cette dangereuse réaction par les Américains, les Européens, la Jordanie et l’Arabie saoudite. Le résultat fut la brutale guerre civile palestinienne de 2007.

Les forces armées à Gaza dirigées par le puissant personnage du Fatah, Mohammed Dahlan, se préparaient à organiser un coup d’État contre le Hamas et ses combattants. Le Hamas a découvert le complot et a chassé Dahlan et ses hommes de Gaza. Un coup d’État a ensuite été lancé par Abbas en Cisjordanie contre le gouvernement élu de l’Autorité palestinienne du Hamas.

Malgré des années de négociations interminables de « gouvernement d’union nationale » entre le Hamas et le Fatah, il n’y a eu aucune élection parlementaire ou présidentielle depuis. L’Autorité palestinienne n’a donc aucun mandat démocratique. Abbas lui-même non plus; son mandat aurait dû prendre fin en 2009.

Plus fondamentalement, l’Autorité palestinienne n’a pas le mandat de l’ensemble du peuple palestinien, dont la majorité vit en exil et en tant que réfugié. Leurs droits ne sont pas protégés par l’Autorité palestinienne. Dans le cadre du processus de faillite des accords d’Oslo qui a débuté au début des années 90, leur droit de retour légitime n’a été ni respecté ni protégé.

En outre, même dans sa propre sphère d’influence limitée et dans le fragment du peuple palestinien qu’il prétend représenter sur la Cisjordanie et la bande de Gaza occupées – qui ne forment ensemble que 22% de la Palestine historique – l’Autorité palestinienne agit pour faire respecter la volonté d’Israël. Le secteur le plus actif et le mieux financé par l’autorité est la sécurité, avec environ 70 000 agents répartis dans une demi-douzaine d’agences de sécurité.

Le personnel de sécurité de l’Autorité palestinienne est formé par les États-Unis et l’Europe et n’existe que pour contrôler le peuple palestinien. Leur seule mission est d’empêcher la résistance à Israël (qu’elle soit armée ou pacifique), de protéger Israël et de protéger les dirigeants de l’Autorité palestinienne. Leur ordre est de s’abstenir si des membres armés de la sécurité israélienne se rendent sur les lieux de tout incident.

En 2014, Abbas a qualifié de « sacrée » la coordination de la sécurité entre l’Autorité palestinienne et Israël. Au fil des ans, cependant, il a menacé à plusieurs reprises de mettre fin à cette collaboration avec Israël, généralement lorsque le financement de l’Autorité palestinienne est menacé. Malgré cela, il est resté fidèle à son discours de 2014 et la coordination en matière de sécurité entre l’Autorité palestinienne et Israël reste inébranlable.

L’AP, par toute mesure raisonnable, est donc une marionnette; une entité collaboratrice faisant le pari de l’occupation israélienne. Il n’est donc pas surprenant de constater qu’elle bloque la liberté de parole et agit de manière oppressive et autoritaire. En cela, l’Autorité palestinienne complète la politique israélienne à l’égard des Palestiniens, qui a toujours été dictatoriale.

Dans son dernier mouvement autoritaire, l’Autorité palestinienne a interdit un grand nombre de sites Web et de médias sociaux palestiniens et autres en arabe. À la demande du procureur général de l’Autorité palestinienne, le tribunal de première instance de Ramallah a ordonné le blocage de 59 sites Web d’information et pages de médias sociaux le 17 octobre.

Selon l’ordonnance du tribunal, les sites violaient la loi sur les crimes électroniques, que l’Autorité palestinienne avait adoptée en 2017 . Des groupes de défense des droits de l’homme ont qualifié la loi « d’outil pour faire taire la libre expression légitime et la critique des autorités ».

La liste des sites interdits comprend Arab48, Wattan TV, l’agence de presse Shehab, le réseau de nouvelles Quds, Gaza Now et Metras. Il est à noter qu’aucun des sites bloqués n’est israélien.

« L’Autorité palestinienne enterre sa tête dans le sable en essayant d’empêcher la liberté d’expression et en ramenant les médias nationaux dans l’obscurité à laquelle l’occupation israélienne a tenté de la rendre et ne pouvait pas le faire », a déclaré le porte-parole du Hamas, Husam Badran. « La nouvelle interdiction ne peut que signifier que l’Autorité palestinienne et l’occupation se battent du même côté contre l’expression nationale palestinienne et sa dénonciation des violations de l’occupation, de la corruption et du crime ».

L’Autorité palestinienne se présente comme un outil utile pour l’occupation israélienne; il peut faire des choses qu’Israël ne peut pas. De plus en plus, cependant, les Israéliens considèrent l’Autorité palestinienne comme non pertinente. Pourquoi devraient-ils employer un sous-traitant pour le métier alors qu’ils peuvent le gérer eux-mêmes directement ? C’est l’énigme dans laquelle l’Autorité palestinienne se trouve, d’où ses menaces vides périodiques d’arrêter la collaboration en matière de sécurité.

Néanmoins, pour le moment au moins, nous pouvons nous attendre à voir l’Autorité palestinienne continuer à faire le sale boulot d’Israël. Après tout, c’est exactement pourquoi elle a été créée.

 

Article d’Asa Winstanley, journaliste d’investigation, publié le 30 octobre 2019

 

Source : Middle East Monitor – Traduction : Collectif Palestine Vaincra