Partager :

Israël commet des crimes contre l’humanité en torturant des détenus palestiniens, a suggéré le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer dans un récent rapport .

Le déni par Israël de procès équitables aux prisonniers peut également constituer des crimes de guerre, a déclaré le groupe.

Addameer recueille des preuves sur l’utilisation par Israël de la torture et des mauvais traitements contre les détenus palestiniens depuis fin août.

Il a été constaté que des gardiens de prison avaient maltraité une cinquantaine de détenus, étudiés par le groupe des droits des prisonniers, dont environ la moitié avaient été torturés.

Les détenus étaient des femmes, des étudiants universitaires, des travailleurs syndiqués, des défenseurs des droits humains et des législateurs palestiniens.

Le 10 septembre, un tribunal israélien à Jérusalem a émis un ordre d’interdiction à Addameer et au grand public de publier des informations sur des cas de Palestiniens détenus au Russian Compound , un célèbre centre de détention israélien à Jérusalem.

Le tribunal a renouvelé l’ordonnance deux fois par la suite, jusqu’à son expiration le 7 décembre.

 

Torture

 

« Depuis sa création, l’État occupant a élaboré et appliqué des lois et des pratiques qui ont conduit à la fois: à l’utilisation systématique de la torture et à l’impunité absolue pour l’auteur de ce crime », écrit Addameer dans un rapport qui détaille les formes de tortures que les gardiens de prison israéliens emploient.

Il s’agit notamment de coups, privation de sommeil, positions de stress, harcèlement sexuel et autres.

Plus de 70 Palestiniens sont morts des suites de tortures en détention israélienne depuis 1967, selon les recherches d’Addameer.

Ce nombre comprend 23 prisonniers décédés après la ratification par Israël de la convention des Nations Unies contre la torture en octobre 1991.

Pourtant, aucun individu ou entité n’a jamais été tenu responsable.

Dans l’ensemble, quelque 220 Palestiniens sont morts en détention israélienne depuis 1967.

 

Coups

 

Des officiers israéliens « ont frappé, giflé, frappé à coups de poing (à l’aide de leurs doigts) et donné des coups de pied aux détenus », leur causant dans certains cas des blessures mortelles.

Pour aggraver les choses, les officiers ont parfois les yeux bandés sur les détenus « pour ne pas s’attendre à ce que les coups soient passés ou savoir d’où cela vient », selon le rapport.

Les coups duraient parfois des dizaines d’heures et étaient exécutés par plus de cinq officiers différents à la fois.

La complicité des médecins israéliens dans les crimes de torture ne doit pas être ignorée, a souligné Addameer.

Dans certains cas, des médecins israéliens ont simulé des évaluations médicales de détenus, les qualifiant pour un nouvel interrogatoire malgré des signes évidents de torture sur leur corps.

 

Positions de stress

 

Pour maximiser la douleur et la pression, les officiers israéliens obligeaient parfois les détenus à des positions de stress avant de les battre.

Les positions de stress imposent non seulement des souffrances physiques aux détenus, mais sont également un moyen d’appliquer une pression psychologique.

Dans presque tous les postes de stress, ajoute Addameer, les détenus sont obligés de maintenir une position conçue pour leur faire perdre l’équilibre, ce qui donne lieu à des officiers israéliens pour les battre.

Dans l’une de ces positions, les jambes du détenu sont attachées aux jambes de la chaise et les mains de l’autre côté, forçant leur dos à se cambrer sur le siège de la chaise.

Les enquêteurs peuvent alors s’asseoir ou battre l’abdomen du détenu.

Une esquisse de la soi-disant «position banane» a été publiée par Addameer sur Twitter, ainsi que d’autres positions similaires:

 

La chaise palestinienne

 

Des officiers israéliens ont ensuite enseigné cette méthode de torture aux forces d’occupation américaines en Irak torturant des détenus de la prison d’Abou Ghraib. Là, la position de stress a gagné un autre nom, «la chaise palestinienne», selon Eric Fair, un ancien interrogateur américain à la prison.

« Ils appellent cela la chaise palestinienne », a écrit Fair dans ses mémoires « Conséquence », faisant référence à deux sergents de l’armée américaine.

« Ils disent que les Israéliens leur ont appris à le construire lors d’un exercice d’entraînement conjoint. Je suppose que cela s’appelle la chaise palestinienne parce que c’est lui qui a été forcé de s’y asseoir », a-t-il écrit.

« Ils disent que tout le monde se casse dans le fauteuil. »

Dans ses mémoires, Fair décrit le dégoût de soi qu’il a continué à vivre en voyant un détenu torturé sur la chaise palestinienne.

« Pour être témoin d’un homme torturé sur la chaise palestinienne, le témoin doit soit demander justice, soit se couvrir le visage… Je passerai le reste de ma vie à me couvrir le visage », a-t-il écrit.

« Après avoir vu la chaise palestinienne, il est impossible de nier que tout s’est mal passé. »

 

Coopération américano-israélienne

 

D’autres tactiques partagées entre les interrogateurs et les occupants israéliens et américains comprennent la privation de sommeil et une variété de tortures psychologiques, y compris des menaces de viol.

La coopération entre les États-Unis et Israël s’étend également aux formations conjointes de la police .

L’agence d’espionnage nationale israélienne, le Shin Bet, pratique la torture « comme procédure opératoire standard dans une approche systématique et à grande échelle contre les détenus palestiniens », qui, selon Addameer, pourrait constituer un crime contre l’humanité.

Alors que la Haute Cour d’Israël aurait interdit la torture en 1999, elle a jugé que le Shin Bet pouvait utiliser la torture dans des circonstances supposées de « bombe à retardement » pour enquêter sur les prisonniers palestiniens.

Une échappatoire à la bombe à retardement israélienne a été citée par l’agence d’espionnage étrangère américaine la CIA pour justifier son régime de torture – une enquête du Sénat américain a révélé en 2014 – un autre exemple de coopération sinistre entre les deux États en matière de torture.

 

Impunité

 

Une autre conséquence partagée des crimes américains et israéliens est l’impunité.

Depuis 2001, quelque 1 200 plaintes contre des interrogateurs israéliens ont été déposées, selon le Comité public contre la torture en Israël.

Chaque cas a été clos sans aucun acte d’accusation.

« Cette occupation illégale israélienne a violé tous les éléments juridiques d’une occupation en vertu du droit international », conclut le rapport Addameer.

Il n’y a aucun moyen juridique interne de demander justice, ajoute-t-il, car ces complices font partie intégrante du système juridique et du gouvernement israéliens.

« En fait, les agences complices de ces crimes comprennent l’agence de renseignement, le tribunal militaire, le parquet militaire, la Cour suprême et même le personnel médical qui a été impliqué dans la fourniture de soins médicaux et l’évaluation des détenus soumis à la torture et aux mauvais traitements. »

Alors que les preuves des crimes de guerre israéliens continuent de s’accumuler, il devrait en être de même des enquêtes et des actes d’accusation de la Cour pénale internationale.

 

Par Tamara Nassar, le 15 janvier 2020

 

Source : Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra