Partager :

Lundi 13 janvier, le prisonnier palestinien Ahmad Zahran a annoncé une victoire dans sa grève de la faim, alors qu’il s’apprêtait à entamer son 114e jour de grève contre sa détention administrative israélienne, son incarcération sans inculpation ni jugement. Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun adresse ses plus chaleureuses félicitations à Ahmad Zahran en ce moment de victoire. Sa constance et son engagement dans la lutte sont une inspiration pour tous ceux du monde entier qui soutiennent le peuple palestinien et sa juste cause de retour et de libération.

Lundi soir, Zahran, 42 ans, du village de Deir Abu Mishaal près de Ramallah, a appelé sa famille – après que des visites et des appels familiaux lui ont été refusés tout au long de ses près de quatre mois de grève de la faim – depuis l’hôpital de Kaplan où il a été détenu suite à la grave détérioration de sa santé. Il les a informés qu’il était parvenu à un accord avec l’administration pénitentiaire d’occupation israélienne selon lequel sa détention administrative ne serait pas renouvelée et prendrait fin le 25 février 2020.

Il s’agit de la deuxième grève de la faim que Zahran a menée pendant sa détention sans inculpation ni jugement par l’occupation israélienne. Il est emprisonné en vertu d’une ordonnance de détention administrative depuis mars 2019. Auparavant, il avait mené une grève de la faim de 39 jours qui s’est terminée par un engagement à le libérer – mais, au lieu de cela, sa détention administrative a été renouvelée. Dans le passé, il a passé près de 15 ans dans les prisons israéliennes lors de multiples arrestations. Il est marié et père de quatre enfants, âgés de sept à 15 ans.

Pendant son emprisonnement, plusieurs autres prisonniers palestiniens se sont battus avec lui pour remporter cette victoire, dont Jamil Ankoush, qui a mené une grève de la faim de 16 jours en solidarité avec Zahran. L’ancien prisonnier Sumoud Karajeh a mené une grève de la faim de 5 jours à l’extérieur de la prison pour soutenir ses demandes. Des dizaines de prisonniers du Front populaire pour la libération de la Palestine ont mené une série de grèves de la faim et de protestations dans plusieurs prisons, confrontées à l’isolement et à la répression pour réclamer la liberté de Zahran. Le chef de la section pénitentiaire du FPLP, Wael Jaghoub, a été mis à l’isolement et interdit de visites familiales après l’annonce d’activités à l’intérieur des prisons en faveur de la grève de Zahran.

Plus tôt dans la journée, les Palestiniens de Gaza ont organisé une manifestation devant la Grande Mosquée de Khan Younis pour soutenir Zahran et ses compagnons de captivité palestiniens. Ali al-Shanna du Front populaire pour la libération de la Palestine a souligné la nécessité d’une action pour soutenir les prisonniers palestiniens, notant que « le programme de lutte doit atteindre le niveau des sacrifices consentis par les prisonniers ».

Une manifestation à Gaza appelle à la libération d’Ahmad Zahran, 13 janvier 2020. Photo: Hadf News

Zahran est l’un des quelque 450 Palestiniens détenus en détention administrative, sur un total d’environ 5 000 prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Ces ordonnances de détention, introduites en Palestine par le mandat colonial britannique puis adoptées par le projet sioniste, sont délivrées pour une durée pouvant aller jusqu’à six mois à la fois mais sont indéfiniment renouvelables sur la base de « preuves secrètes ». Les Palestiniens peuvent être emprisonnés pendant des années en raison d’ordonnances de détention indéfiniment renouvelables.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun adresse ses plus vives félicitations et salutations à Ahmad Zahran, à ses camarades, à sa famille et au peuple palestinien à l’occasion de sa victoire. À cette occasion, nous appelons tous ceux qui soutiennent le peuple palestinien à se joindre à la campagne pour soutenir les prisonniers palestiniens, luttant derrière les murs des prisons sur les lignes de front pour la liberté. Tous les peuples épris de liberté dans le monde ont hâte de célébrer le jour où Ahmad Zahran sortira de derrière les murs de la prison – et le jour où tous les prisonniers – et tous les Palestiniens – seront libres dans un pays libéré. La lutte et la constance des prisonniers palestiniens et du peuple palestinien mèneront non seulement à la liberté de Zahran, mais aussi à la libération de la Palestine, de la mer au Jourdain.

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra