Partager :

Le général de division Ahmed Abdel Khalek, l’officier du renseignement égyptien en charge du portefeuille palestinien du Caire, est arrivé dans la bande de Gaza le 10 février en tant que chef d’une délégation de sécurité égyptienne qui a effectué une visite sur le terrain le long de la frontière Egypto-Gazaoui dans le cadre des nouveaux préparatifs égyptiens pour renforcer la sécurité des frontières et empêcher les extrémistes d’entrer dans la péninsule du Sinaï depuis la bande de Gaza. La délégation a également rencontré les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza.

S’adressant à Al-Monitor sous couvert d’anonymat, des sources tribales dans le nord de la péninsule du Sinaï ont déclaré que le 27 janvier, les forces armées égyptiennes se sont lancées dans la première phase de la construction d’une barrière de 2 kilomètres à la frontière avec la bande de Gaza, à partir de du passage de Kerem Shalom au poste frontière de Rafah. Une telle mesure n’a pas été annoncée par les forces armées égyptiennes, ont ajouté les sources.

Ils ont expliqué que la barrière de 6 mètres de haut est en béton armé et passe à 5 mètres sous terre. Il se compose d’une deuxième barrière parallèle à l’ ancienne barrière rocheuse construite au début de 2008 à la frontière avec la bande de Gaza, séparée d’une distance ne dépassant pas 10 mètres. La barrière est conçue pour bloquer l’entrée des hommes armés de la bande de Gaza dans le Sinaï et fermer les tunnels transfrontaliers palestiniens restants.

Les sources ont indiqué que la deuxième et dernière phase impliquait de construire la barrière le long de segments non spécifiés de la frontière que les forces armées égyptiennes jugent vulnérables ou là où des tunnels souterrains sont suspectés. Les sources prévoient que l’achèvement de la barrière se prolongerait jusqu’à la mi-2020. […]

 

Source