Partager :

Si l’on était obligé de trouver un seul aspect rédempteur à « l’accord du siècle » de l’administration Trump, ce serait que le racisme grossier qui imprègne ce plan offensif donne plus de poids à l’analogie de l’apartheid.

L’effusion d’éditoriaux et d’articles d’opinion par des analystes qui avaient jusqu’à présent hésité à utiliser le terme, suggère qu’ils étaient effectivement prêts à l’adopter.

Et la vitesse à laquelle de tels articles ont été publiés indique que beaucoup de ces écrivains n’ont peut-être même pas ressenti le besoin de lire le document de 181 pages avant de reconnaître enfin que les politiques et pratiques d’Israël équivalent en fait à l’apartheid, que le plan de Trump tente de légitimer.

 

Rien de nouveau

 

En fait, il n’ya pas grand-chose de vraiment nouveau dans ce plan, qu’il s’agisse d’un État palestinien démilitarisé, non viable et non contigu, ou du contrôle continu par Israël des frontières palestiniennes et de l’annexion de terres occupées illégalement. Le plan stipule même qu’Israël continuera de déterminer quels matériaux «à double usage» seront autorisés à entrer en Palestine, le même type de restrictions actuellement imposées à la bande de Gaza assiégée au nom de la «sécurité».

Les Palestiniens ont besoin de tuyaux pour leur plomberie? Pas de veine, les tuyaux peuvent également être utilisés pour construire des fusées ; les Palestiniens devront se passer de toilettes.

Les dénonciations de l’apartheid israélien depuis que cet «accord» a été dévoilé sont bien sûr les bienvenues. Pourtant, pour de nombreux Palestiniens, ce n’est pas nouveau. En effet, c’est la lutte de l’Afrique du Sud contre l’apartheid qui a servi de modèle à l’appel de 2005 à la solidarité mondiale sous la forme de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) – et beaucoup d’entre nous ont soutenu pendant de nombreuses années auparavant que le sionisme était du racisme.

Il existe cependant certaines limites à l’utilisation de l’analogie avec l’apartheid. Il serait trop optimiste pour les militants de supposer qu’un grand nombre de personnes qui n’avaient pas encore compris la réalité d’Israël le feront maintenant, à la suite de quelques analystes plus progressistes assimilant les pratiques et les politiques d’Israël à ce qui est reconnu comme un crime contre l’humanité.

 

Organiser le soutien à la base

 

Les États-Unis sont suffisamment divisés pour que les partisans du président américain Donald Trump embrassent tout ce qu’il propose, tandis que ceux qui le critiquent rejetteront son orgueil impérial.

Ce que cela signifie pour les militants des droits palestiniens, c’est que nous devons continuer à faire grandir et à organiser un soutien populaire pour la justice pour le peuple palestinien – mais nous ne pouvons pas, et ne nous attendons pas, à une telle croissance à la suite du dévoilement par Trump de son plan de légitimer l’apartheid israélien.

Nous disons depuis des décennies qu’Israël n’est pas une démocratie. La dernière étreinte ouverte de Trump à la suprématie juive israélienne ne créera pas beaucoup d’effet d’entraînement parmi les progressistes.

Bien que nous accueillions bien sûr de nouveaux alliés, nous devons également discuter de la façon dont le sionisme est une forme d’impérialisme et de colonisation de peuplement, en précisant qu’il est fondamentalement mauvais – comme toutes les formes d’impérialisme et de colonisation de peuplement sont mauvais – pour les Juifs partout dans le monde de revendiquer un «droit de naissance» en Palestine.

Le judaïsme est une religion, pas une nationalité, et l’autodétermination juive ne devrait pas se faire aux dépens d’un autre peuple. En effet, l’autodétermination juive peut et doit se produire partout, et ne nécessite pas les signes extérieurs d’un État-nation.

Cette compréhension va au-delà d’une analyse du racisme ; elle repose sur une dénonciation du colonialisme de peuplement déguisée en nécessaire à la survie.

 

Lutte intersectionnelle

 

L’histoire de l’Afrique du Sud et son présent tourmenté doivent être utilisés comme modèle d’avertissement pour l’avenir de la Palestine. En regardant l’Afrique du Sud aujourd’hui, plus d’un quart de siècle depuis la fin officielle de l’apartheid, nous constatons une disparité économique continue, la majorité des Noirs africains vivant toujours dans une pauvreté extrême, tandis que les Blancs conservent la plupart des postes de pouvoir.

Nous constatons une inégalité persistante entre les sexes, en raison d’un manque d’intentionnalité dans la lutte contre le sexisme pendant la lutte pour mettre fin au racisme officiel. Et bien sûr, nous constatons une corruption extrême au niveau gouvernemental.

L’analogie de l’apartheid sud-africain est utile pour illustrer les nombreuses manières dont Israël est un État raciste. Mais si c’est tout ce que nous recherchons dans notre lutte pour libérer la Palestine, nous ferons échouer le peuple palestinien, en ne s’occupant pas des nombreux problèmes qui existent actuellement – et de ceux qui surgiront, une fois la politique de racisme officiel démantelée.

Heureusement, beaucoup d’entre nous sont conscients qu’une lutte qui n’est pas intersectionnelle est vouée à l’échec de la majorité des dépossédés et privés de leurs droits, même si elle «réussit» à vaincre le seul système oppressif qu’elle vise. Et parce que les Palestiniens sont aujourd’hui un peuple de la diaspora, avec une majorité vivant en dehors des frontières historiques de leur patrie, notre intersectionnalité est mondiale, avec des liens avec des communautés dépossédées et privées de leurs droits bien au-delà des frontières «du fleuve à la mer».

Arrogance impériale

 

Un aspect qui donne à réfléchir sur la campagne BDS, qui a par ailleurs été couronnée de succès, est que nombre de ses victoires ne se sont pas encore traduites par une amélioration de la situation du peuple palestinien.

Ce que nous avons célébré, c’est un changement dans le discours sur Israël et la Palestine, et ce que nous attendions, c’est le moment où ce changement jusque-là strictement discursif se manifestera dans la libération palestinienne.

«L’accord du siècle» de Trump n’a pas d’incidence sur les progrès que nous avons accomplis au niveau de l’organisation populaire, même s’il aggravera la gravité des «faits sur le terrain» qui devront être inversés.

Et ceux-ci sont en effet importants : même des analystes chevronnés qui ne s’attendaient à rien de positif du plan de Trump ont été choqués par certains détails. Mais le plan de Trump finira également par échouer, peut-être parce qu’il est si honteusement raciste – une expression de l’arrogance impériale qui est un siècle trop tard, avec ses échos de la déclaration de Lord Balfour en 1917.

La lutte continue. Pour l’instant, nous devons voter contre Trump.

 

Article de Nadia Elia, écrivaine palestinienne membre du collectif directeur de l’USACBI (Campagne américaine pour le boycott académique et culturel d’Israël).

Voir également son article « Plus encore que de l’apartheid » traduit par la Plateforme Charleroi pour la Palestine.

 

Source : Middle East Eye – Traduction :Collectif Palestine Vaincra