Partager :

La peur et la panique ont caractérisé une grande partie des 10 derniers jours en Cisjordanie occupée, alors que le nombre de cas de coronavirus continue d’augmenter.

Vendredi, le ministère palestinien de la Santé a confirmé que le nombre de cas officiels était passé à 35, dont 34 dans la ville de Bethléem, dans le sud de la Cisjordanie.

Mais au moment même où les mesures prises par le gouvernement pour arrêter la propagation du virus commençaient à rétablir un certain calme, les Palestiniens se sont réveillés avec des nouvelles plus terribles: le coronavirus avait atteint les prisons israéliennes, où des milliers de prisonniers politiques palestiniens sont détenus.

La commission palestinienne des affaires des prisonniers a signalé qu’un prisonnier de la prison d’Ashkelon était entré en contact avec un médecin israélien qui avait été testé positif au virus.

Qadri Abu Bakr, le chef du comité, a annoncé que le prisonnier non identifié, avec 19 autres personnes, était en conséquence mis en quarantaine.

Pendant ce temps, les médias israéliens et palestiniens ont rapporté qu’il y avait des cas suspects de virus dans deux autres prisons: la prison de Ramleh au centre d’Israël et le centre de détention Moscobiya à Jérusalem.

À Ramleh et à Moscobiya, les prisonniers ont été mis en quarantaine après avoir été en contact avec des gardiens de prison israéliens soupçonnés d’être exposés au virus.

Les services pénitentiaires israéliens (IPS) ont annoncé leur intention d’évacuer une prison près de la frontière égyptienne afin de mettre en quarantaine les prisonniers exposés au virus, et de suspendre les visites des familles palestiniennes de prisonniers.

Les Palestiniens craignent toutefois que le gouvernement israélien et les autorités pénitentiaires ne prennent pas les mesures appropriées pour empêcher la propagation du virus et traiter ceux qui pourraient tomber malades.

 

Sale et surpeuplé

 

« Les prisons israéliennes sont notoirement vieilles, sales, surpeuplées et manquent de fournitures d’hygiène de base », a déclaré à Middle East Eye Mohammed Abed Rabo, 48 ans, ancien prisonnier et militant palestinien.

« Dans la meilleure prison, vous avez entre six et dix détenus dans une pièce, mais dans de nombreux cas, vous en avez plus », a-t-il déclaré, ajoutant que jusqu’à 120 détenus se mélangent à la fois pendant les repas et les activités de plein air.

Le niveau de surpopulation dans les prisons israéliennes, craint Abed Rabo, sera l’un des principaux facteurs qui pourraient faire avancer une épidémie de coronavirus parmi les prisonniers palestiniens.

En plus de cela, a-t-il dit, le manque de produits d’hygiène tels que du désinfectant pour les mains et du savon ne fera qu’empirer les choses.

« Les prisons sont déjà terribles à fournir aux détenus des produits d’hygiène de base et des produits de première nécessité », a déclaré Abed Rabo, ajoutant qu’il avait reçu des informations des avocats des détenus concernés selon lesquelles l’IPS n’avait apporté aucun changement notable à l’intérieur des prisons pour résoudre le problème.

« Ils devraient donner aux prisonniers des masques, des gants, un désinfectant pour les mains, du savon supplémentaire, la possibilité de laver leurs vêtements et leurs draps plus souvent », a-t-il dit. « Mais tout ce qu’ils font, c’est les mettre en quarantaine. »

Abed Rabo a également affirmé que les prisonniers placés en quarantaine étaient simplement jetés dans les cellules d’isolement des prisons.

 » Comment peuvent-ils obtenir les soins appropriés dont ils ont besoin, alors qu’ils sont simplement jetés dans ces cellules d’isolement répugnantes?  » a-t-il demandé. « Est-ce ainsi que vous traitez avec des êtres humains malades? »

 

«Négligence médicale délibérée»

 

Pendant des années, les groupes de défense des droits des Palestiniens ont enregistré ce qu’ils appellent une politique de « négligence médicale délibérée » dans les prisons israéliennes à travers le pays.

On estime que depuis la deuxième Intifada, qui s’est déroulée de 2000 à 2005, 17 prisonniers palestiniens sont morts des suites directes de négligences médicales. 

Dans une publication de 2016, le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer a noté la présence d’au moins 200 patients souffrant de maladies chroniques, dont deux douzaines de patients cancéreux, des dizaines d’autres souffrant de handicaps physiques et psychologiques et 25 résidant en permanence à la clinique de la prison de Ramleh.

« Un certain nombre de ces patients souffrant de maladies chroniques ont des problèmes respiratoires et cardiaques et des maladies auto-immunes », a expliqué Abed Rabo à MEE, soulignant le fait qu’une partie importante de la population carcérale est constituée d’hommes d’âge moyen ou âgés.

« La démographie des prisonniers correspond à la démographie de ceux qui sont les plus sensibles aux effets mortels du coronavirus », a-t-il déclaré. « Et c’est terrifiant. »

Les prisonniers malades, a expliqué Abed Rabo, ne reçoivent déjà pas les soins médicaux dont ils ont besoin.

« Les médecins viennent rarement, les patients souffrant de problèmes graves se voient souvent prescrire des analgésiques génériques, et ceux qui ont besoin de traitements comme la dialyse et la chimiothérapie ne sont pas soumis à un programme de traitement approprié », a déclaré Abed Rabo.

« Imaginez donc si ces prisonniers sont confrontés à une épidémie de coronavirus », a-t-il poursuivi. « Pensez-vous qu’ils recevraient un traitement approprié? »

Malgré le sérieux avec lequel Israël traite l’épidémie de coronavirus dans son pays, Abed Rabo a dit qu’il doutait qu’il traiterait les prisonniers palestiniens avec la même urgence.

« Maintes et maintes fois, ils ont montré qu’ils ne se soucient pas de la vie des Palestiniens, en particulier de nos prisonniers, alors pourquoi cela changerait-il maintenant? »

 

Source : Middle East Eyes – Traduction : Collectif Palestine Vaincra