Partager :

Les événements et les développements qualitatifs qui ont façonné la réalité de la cause arabe, de la Palestine et de la lutte arabo-sioniste au cours des trois dernières décennies, en particulier depuis la « Conférence de paix de Madrid » d’octobre 1991, doivent nous obliger une fois de plus à adopter une approche révolutionnaire scientifique pour comprendre les conflits internes palestiniens et comprendre l’essence et la nature de ces contradictions.

Aujourd’hui, les contradictions dans l’arène palestinienne doivent être considérées comme faisant partie intégrante du conflit avec l’ennemi sioniste plutôt que de s’en séparer. Ces contradictions sont au cœur de la lutte existentielle entre le peuple palestinien et le camp qui l’accompagne d’une part, et l’occupant sioniste et son camp d’autre part. La tentative de certains d’isoler et de marginaliser ces problèmes en tant que contradictions secondaires a entraîné une série continue d’échecs répétés à atteindre, sous quelque forme que ce soit, « l’unité nationale », « l’unification de la maison palestinienne » ou la « reconstruction de l’OLP », tous les termes et expressions fréquemment utilisés qui n’ont aucun sens s’ils sont vidés de leur contenu et de leur substance.

Ces partisans intellectuels de l’Autorité palestinienne peuvent avoir l’intention d’induire les gens en erreur avec des métaphores traditionnelles et de vieilles références qui classent les contradictions internes comme secondaires afin de les minimiser, non pas pour comprendre, approfondir et renforcer l’unité sur le terrain de la lutte contre l’ennemi sioniste et ses plans pour liquider les droits des Palestiniens. Alors que nous entendons de telles positions concernant les contradictions principales et secondaires, nous ne voyons pas comment ces mots se reflètent dans un rôle militant dans la lutte ou dans la pratique politique : c’est-à-dire, où l’Autorité palestinienne s’engage-t-elle dans cette contradiction principale et centrale avec le projet sioniste ? Au lieu de cela, nous assistons à un partenariat économique et sécuritaire entre eux.

Les intellectuels traditionnels de l’Autorité et du mouvement du Fatah tentent d’induire le public palestinien en erreur, se présentant comme les plus désireux de réaliser les intérêts et les droits des Palestiniens. Ils offrent leur compréhension des contradictions internes comme des « différences avec le Hamas », de simples différends internes, ou ils attribuent les causes à « l’ingérence extérieure » ou aux « Frères musulmans ». Ils encouragent l’illusion que ces problèmes peuvent être résolus en se référant aux « valeurs et méthodes traditionnelles », telles que la réconciliation entre les tribus palestiniennes, dans une tentative de faire appel à une conscience nostalgique. Et bien sûr, tout cela se fera sous les auspices des agences de renseignement étatiques arabes !

Par conséquent, ils ne parviennent pas une fois de plus à « trouver des solutions à la crise interne palestinienne » et les « tribus » reviennent pour discuter de « l’importance de la réconciliation », tandis que les forces de gauche accusent le rôle des deux « grandes tribus » (Fatah et Hamas) et l’histoire au mieux est dirigée vers la droite palestinienne.

Aujourd’hui, l’intensification du conflit au niveau palestinien et la montée des tensions sont également précédées ou accompagnées d’une escalade de la lutte avec le projet sioniste et du niveau élevé de confrontation sur le terrain de la lutte. Contrairement aux décennies passées, la confrontation avec les sionistes à ce stade ne permettra pas, de fait, d’améliorer les relations nationales avec le Fatah et l’unité palestinienne. L’inverse est vrai. Si la résistance armée a menée à bien une opération ou si l’un de ses groupes a réussi à viser un responsable sioniste, elle sera confrontée à la poursuite, aux sanctions et aux prisons de l’Autorité palestinienne et de son appareil de sécurité. C’est le projet de la bourgeoisie palestinienne et la junte du compradore palestinien, qui considère son alliance avec les institutions de sécurité sionistes et celles des régimes réactionnaires arabes comme « sacrées ».

Les arguments concernant les contradictions principales et secondaires dans les arènes de la révolution ont été corrects à plusieurs reprises, c’est-à-dire lorsque le dialogue et les désaccords entre les pôles du mouvement de libération nationale, engagés comme camarades d’armes, ont impliqué des conflits nationaux sur les moyens les plus efficaces et les mécanismes pour vaincre et isoler l’ennemi et sur les priorités de la lutte de libération. Nous continuons à voir cette forme de désaccord aujourd’hui dans les différentes positions politiques qui se disputent pacifiquement entre elles au sein du camp de la résistance.

Ces désaccords peuvent être résolus par le dialogue et le compromis, en renforçant les partenariats et en hiérarchisant la principale contradiction avec l’ennemi, la considérant comme la principale priorité nationale. Cependant, dans la plupart des cas, cette réalité aujourd’hui n’est plus ce que nous voyons en Palestine occupée ou dans la diaspora. Il a été surmonté par le pôle de droite en Cisjordanie occupée, car il a choisi de faire partie du camp ennemi activement engagé dans la suppression de la résistance armée et la liquidation des droits des Palestiniens.

Dimensions de classe : l’essence du conflit interne

La dimension de classe est également évidente dans le conflit interne palestinien. Cela est apparu plus clairement après les accords d’Oslo de 1993, c’est-à-dire après le resserrement de l’emprise de la grande bourgeoisie palestinienne sur tous les leviers et mécanismes de la décision politique de l’OLP et après la mise en place de l’Autorité « d’autonomie administrative limitée » en Cisjordanie et à Gaza, au service des intérêts des propriétaires de banques et de certaines grandes entreprises. Cela a suivi le siège des classes populaires palestiniennes et la confiscation de leur rôle et de leur voix, et la destruction de leurs associations populaires, syndicats et fédérations professionnelles. La tendance «Autorité palestinienne / État palestinien» a dominé et est devenue un instrument sécuritaire et politique de liquidation, un associé minoritaire de l’ennemi sioniste et des régimes réactionnaires en Jordanie, en Arabie saoudite, en Égypte et dans d’autres pays.

De là, il est possible de comprendre l’état de la mobilisation populaire dans les camps de réfugiés palestiniens qui a commencé à se déplacer sur le terrain au milieu des années 90, affirmant leur rôle et revendiquant leurs droits. Cette préoccupation du public s’est manifestée par la convocation, l’organisation et la tenue de conférences populaires de masse sous le slogan du droit au retour des réfugiés palestiniens. Ces mouvements populaires ont commencé dans les camps de Cisjordanie en particulier (Al-Fara’a, Dheisheh et autres en 1994 et 1995), puis dans les camps de réfugiés et les grands rassemblements populaires dans toute la Palestine occupée, dans les camps en exil et partout dans le Diaspora palestinienne.

Il est également possible ici de comprendre la montée du mouvement de résistance armée après l’accord d’Oslo en particulier, et comment l’incubateur populaire pour la résistance s’est développé, et comment les masses populaires ont découvert qu’elles étaient soumises à la tromperie et à la trahison (Oslo). Pour cette raison précisément, les masses de notre peuple se sont opposées au projet de liquidation et de règlement dans les conditions américano-sionistes. Ils se sont opposés simultanément aux politiques de corruption et de répression. Le peuple palestinien connaît par son histoire et sa longue expérience de lutte, la relation étroite entre la confrontation de l’ennemi et la réforme interne radicale, c’est-à-dire les tâches de nettoyage et de rénovation du front intérieur palestinien. Un peuple ne peut reprendre sa lutte révolutionnaire tant que son dos est exposé intérieurement.

Cela explique également le succès du Hamas aux élections du Conseil législatif palestinien en 2006 et pourquoi ses listes continuent de prospérer aux élections des conseils d’étudiants, des syndicats et autres, indépendamment de nos critiques de la position du Hamas ou de l’exactitude ou de l’erreur de la perception populaire de l’alternative nécessaire. Ce qui est important ici, c’est le cœur du problème, la position populaire palestinienne affirmant le droit à la résistance armée, l’engagement au retour et à la libération et le ferme soutien à un programme de réforme interne et d’unité sur le terrain de la lutte, plutôt qu’à un programme de corruption, de répression et d’échec.

Phrases répétitives et nouvelle réalité

L’utilisation et l’omission d’expressions telles que « unité nationale », « étape de libération nationale » et d’autres concepts contribuent parfois à faire illusion sur le potentiel pour réformer les relations qui existent aujourd’hui entre les forces de résistance et la classe d’Oslo. La vérité est qu’il s’agit d’une reproduction de la même illusion sur la soi-disant « division dans l’arène palestinienne » et la voie à suivre pour parvenir à certains accords internes que certains considèrent comme possibles. Le courant de l’Autorité veut nous convaincre qu’il existe une possibilité réaliste pour une relation nationale et normale entre Abu Mazen et Ahmad Sa’adat, par exemple, semblable à celle qui existait entre Yasser Arafat et George Habache au début de la guérilla palestinienne jusqu’à l’invasion de Beyrouth en 1982.

Le chemin de la révolution et de la libération ne peut pas coïncider avec celui de l’Autorité, de la corruption et de la justification. L’approche démocratique révolutionnaire ne coïncide pas avec l’approche des prisons, de la torture et de la coordination de la sécurité. C’est impossible. Et quiconque cherche l’unité et la réconciliation avec cette Autorité est comme quelqu’un qui essaie de presser une image dans un cadre qui ne peut pas la contenir, ou comme l’a écrit Mao Zedong, « couper les pieds pour s’adapter aux chaussures ».

La grande bourgeoisie palestinienne a décidé de sa voie politique et s’est retrouvée là où elle est aujourd’hui, assise au sein du camp ennemi, coopérant avec lui économiquement et sur le front de la sécurité, soumettant des rapports au renseignement américain, à l’Union européenne et aux régimes réactionnaires qui dominent la Ligue arabe. Il tient à l’image de son entité politique, l’Autorité « autonome » dégradée, et s’efforce de créer une identité palestinienne formelle mais vide, uniquement concernée par la forme et le symbole et non par la substance et le contenu. Par conséquent, nous les voyons parler de « l’État », de « l’indépendance », de la « souveraineté » et de la « loi » comme si ceux-ci avaient été accomplis ou si des objectifs étaient sur le point d’être réalisés comme la réalisation du « projet national » – et que c’est précisément son rôle spécifique dans le projet de liquidation de la Palestine !

L’Autorité palestinienne est l’autorité d’une classe spécifique. L’Autorité de Mahmoud Abbas n’est pas celle de sa personne, mais de son approche. Elle sert les intérêts de 1% du peuple palestinien et les services de sécurité palestiniens sont employés pour protéger cette classe, ses intérêts, ses banques et ses entreprises. L’objectif est de renforcer le contrôle de cette couche sur la décision politique de l’OLP et de toutes les institutions palestiniennes. Par conséquent, le soutien direct qui assure sa poursuite vient de Washington, Riyad et Bruxelles, tous sous la supervision directe du régime sioniste et par les canaux et les relations de ce camp, dont les partis sont clairement connus, et qui cherche à liquider la Palestine, toute la Palestine, la cause, le peuple, la terre et les droits.

Les groupes et mouvements révolutionnaires, avant-garde de la résistance palestinienne armée et son grand incubateur populaire, doivent s’engager dans une lutte pour vaincre et isoler le projet de l’Autorité palestinienne. Il s’agit d’une étape nécessaire pour mettre un terme clair et permanent à la scène d’Oslo et en renouvelant le lancement de la révolution palestinienne qui adopte la longue guerre de libération du peuple pour réaliser le projet de la majorité populaire: le retour et la libération globale.

 

Khaled Barakat, écrivain palestinien et coordinateur de la campagne pour la libération d’Ahmad Sa’adat

 

Source : Free Ahmad Sa’adat – Traduction : Collectif Palestine Vaincra