Partager :

Depuis plusieurs années, la Campagne BDS Montpellier est la cible d’une répression politique et judiciaire importante de la part de la municipalité montpelliéraine et des représentants de l’État. Alors qu’un militant a déjà été relaxé deux fois lors de procès politiques et ubuesques, il est convoqué une nouvelle fois au tribunal de police le 9 septembre prochain. Le motif invoqué est « l’embarras d’une voie publique par dépôt ou abandon sans nécessité d’objets ou matériaux entravant la libre circulation », motif particulièrement ridicule quand on sait que c’est la police qui a confisqué le matériel (chapiteau, tables…) lors d’une initiative de solidarité avec la Palestine en mars dernier.

Face à un tel acharnement, la Campagne BDS France Montpellier souligne que « la Ville de Montpellier et la préfecture n’hésitent pas à instrumentaliser la justice (et au passage la surcharger) à des fins politiques puisqu’il s’agit avant tout d’empêcher l’expression des positions stratégiques du BDS pour l’autodétermination (fin de la colonisation, retour des réfugié·e·s dans leurs maisons et terres et égalité absolue pour les Palestiniens d’Israël) et les actions offensives de BDS France Montpellier. » Elle poursuit en rappelant « que les police municipale comme nationale se sentent tellement « couvertes » par leur hiérarchie qu’elles peuvent se permettre n’importe quoi en toute impunité. On le voit avec la répression des Gilets jaunes et de l’ensemble du mouvement social ».

Un rassemblement est organisé mercredi 9 septembre à 8H devant le tribunal de police situé place Pierre Flotte à Montpellier afin d’exiger la relaxe de ce militant injustement convoqué. Le Collectif Palestine Vaincra soutient cette initiative et appelle à y participer !