Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dimanche 28 février, le ministre de la Défense israélienne et criminel de guerre Benny Gantz a signé un document désignant comme « organisation terroriste » l’organisation Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra. Dans un communiqué, le réseau international de soutien aux prisonnier·e·s palestinien·ne·s a affirmé « que nous continuerons à nous organiser et à nous mobiliser au niveau international pour défendre les droits et la libération des Palestinien·ne·s. C’est la dernière manifestation d’une campagne de diffamation qui vise à faire taire le soutien international au peuple palestinien et en particulier auprès des 5 000 Palestinien·ne·s emprisonné·e·s par l’occupation israélienne. »  Face à cette nouvelle attaque contre le mouvement de solidarité avec la Palestine, un très large soutien s’est exprimé pour dénoncer cette offensive notamment en diffusant la déclaration du réseau publié en anglais, arabe, français, italien, allemand, espagnol, suédois, grec et néerlandais. Différentes organisations palestiniennes ont par ailleurs publié des communiqués pour dénoncer cette décision.

Dans un communiqué, le Ministère des prisonniers à Gaza a expliqué que « cette classification était basée sur la recommandation du service de sécurité du Shin Bet et du Bureau national de lutte contre le financement du terrorisme, car les membres du réseau, qui sont actifs dans plusieurs pays européens et en Amérique du Nord, travaillent pour aider les prisonnier·e·s palestinien·ne·s dans leur lutte pour leur libération. Par ailleurs, le réseau joue un rôle important dans la lutte contre l’occupation. »

Lundi 1er mars, la section dans les prisons du Front Populaire de Libération de la Palestine a publié une déclaration affirmant que « l’organisation et le mouvement captif suivent avec un grand intérêt et avec une grande fierté les grands efforts déployés par le réseau Samidoun pour soutenir la juste cause des prisonnier·e·s, dénonçant les violations de l’occupation et l’administration du Service pénitentiaire contre eux. Nous sommes fermement convaincus que la décision sioniste sera une plus grande motivation pour le réseau et une inspiration pour ses membres et toute la solidarité et les militant·e·s qui l’entourent ».

Par ailleurs, le comité préparatoire de la Conférence pour la Voie palestinienne alternative a souligné que « le réseau Samidoun est devenu l’une des armes du mouvement des prisonnier·e·s palestinien·ne·s et une voix active au service de la cause de la Palestine et de son peuple. Il a constitué une source de désagréments pour les gouvernements et les partis de la droite raciste fasciste en Occident et a perturbé le confort de l’occupation sioniste, de ses dirigeants et de ses ambassades par une action et une organisation continues. En conséquence, nous appelons à rejoindre ses membres et à participer à ses activités, car c’est la réponse la plus forte à la décision de l’entité sioniste et la manière révolutionnaire de la contrecarrer et de la vaincre. »

De son côté, le Mouvement de la Jeunesse Palestinienne – PYM a publié un communiqué soulignant « qu’Israël utilise depuis longtemps le « terrorisme » comme un moyen de criminaliser toute résistance au sionisme, y compris le plaidoyer politique en faveur des prisonnier·e·s, le travail exact dans lequel Samidoun s’est engagé et pour lequel il a reçu une reconnaissance internationale. […] En tant que jeunes Palestinien·ne·s, nous affirmons qu’Israël peut ajouter chaque Palestinien·ne à sa liste sans changer une seule seconde notre détermination à continuer à résister et à lutter pour notre terre et le droit au retour de notre peuple. »

La solidarité exprimée est un encouragement à redoubler d’efforts et à ne pas se laisser intimider face aux menaces d’un État raciste et colonial. Le Collectif Palestine Vaincra, membre du réseau international Samidoun, appelle à développer plus que jamais la solidarité avec les prisonnier·e·s palestinien·ne·s et en particulier la campagne internationale pour la libération des étudiants palestinien·ne·s.