Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a deux semaines, le principal institut de sondage palestinien a publié des données surprenantes sur les attitudes à la suite du conflit de 11 jours entre Israël et les militants de Gaza en mai dernier. Je n’ai pas vu ces résultats couverts aux États-Unis, c’est pourquoi j’ai voulu les mettre en lumière :

Les Palestiniens considèrent massivement le Hamas comme le vainqueur de la guerre ; ils considèrent massivement les roquettes comme une défense des quartiers de Jérusalem et de la mosquée Al-Aqsa ; ils approuvent massivement les soulèvements palestiniens dans les villes israéliennes en solidarité avec les Palestiniens sous occupation ; et ils soutiennent à une large majorité la résistance armée et l’intifada comme réponse à la domination israélienne.

En fait, le soutien à la résistance armée a grimpé en flèche à la suite des actions du Hamas.

Ces points de vue – de 1200 Palestiniens interrogés en Cisjordanie et à Gaza – devraient être largement partagés aux États-Unis, car ils révèlent la crise réelle : la réponse des victimes de l’apartheid. Ces personnes ne sont pas heureuses d’attendre que les responsables politiques américains trouvent le moyen de continuer à mettre le conflit en veilleuse. Ils veulent leurs droits, et une majorité d’entre eux est prête à prendre les armes pour les obtenir. Comme le ferait tout peuple souffrant de cette persécution.

À mon humble avis, les réponses soulignent l’urgence pour les organisations américaines de se mobiliser pour la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions. C’est une manière non violente d’agir pour les droits des Palestiniens et de forcer Israël à mettre fin à l’apartheid. Les alternatives sont l’oppression et les effusions de sang.

Voici quelques-unes des conclusions du Palestinian Center for Survey and Policy Research dans un sondage publié le 15 juin.

Le Hamas a gagné. Et il a obtenu qu’Israël cesse d’expulser les Palestiniens de Jérusalem.

« Une majorité écrasante de Palestiniens (77%) estime que le Hamas est sorti vainqueur de sa dernière guerre avec Israël, tandis que seulement 1% pense qu’Israël est sorti vainqueur… De plus, 65% pensent que le Hamas a atteint son objectif déclaré derrière les tirs de roquettes sur Israël : forcer Israël à mettre fin à l’expulsion des familles de Sheikh Jarrah et mettre fin à la restriction israélienne de l’accès des musulmans à al Aqsa… »

Les Palestiniens ont le plus d’admiration pour les résidents palestiniens de Jérusalem et d’Israël qui se sont soulevés, suivis par l’admiration pour le Hamas.

Dans une évaluation de la performance de 10 acteurs locaux et régionaux pendant les affrontements de Jérusalem et la guerre qui s’en est suivie entre Israël et le Hamas, l’écrasante majorité qualifie d’excellente celle des résidents de Jérusalem et de sa jeunesse (89%), suivie de celle des citoyens arabes palestiniens d’Israël (86%), puis de celle du Hamas (75%).

L’Iran a plus de prestige que l’Autorité palestinienne.

Environ un cinquième des répondants qualifie d’excellente la performance de chacun des gouvernements suivants : Celle de l’Égypte (22%), de la Turquie (21%), de la Jordanie (21%) et de l’Iran (18%). Enfin, seuls 13% qualifient d’excellente la performance du Fatah, 11% celle du gouvernement de l’AP et 8% celle d’Abbas.

À en juger par ces résultats, le Hamas remporterait une élection haut la main.

A la lumière des récentes confrontations avec Israël, une majorité de 53% pense que le Hamas est le plus digne de représenter et de diriger le peuple palestinien, tandis que 14% pensent que le Fatah du président Abbas est le plus digne de représenter et de diriger les Palestiniens.

Le gouvernement israélien devrait comprendre que tout nouvel effort de nettoyage ethnique de Jérusalem se heurtera à la violence, affirment les sondés.

Si Israël expulse les familles de Sheikh Jarrah ou réimpose des restrictions d’accès à la mosquée al Aqsa, 68% pensent que la réponse dans ce cas devrait être le lancement de roquettes sur les villes israéliennes, tandis que 18% pensent qu’elle devrait être la mise en place d’une résistance non violente, et 9% pensent que les Palestiniens devraient répondre en déposant une plainte auprès de l’ONU et de la Cour pénale internationale (CPI).

Regardez l’immense fierté que suscitent les actions des habitants de Gaza, civils et militants.

94 % se disent fiers de la performance de la bande de Gaza lors de la confrontation avec Israël en mai, tandis que 6 % disent ne pas l’être. Interrogés sur la principale raison de leur fierté, 39% ont répondu qu’ils sont fiers parce que Gaza a mené une attaque militaire et à la roquette pour défendre Jérusalem, démontrant ainsi la faiblesse de l’armée israélienne ; 39% ont répondu qu’ils sont fiers parce que Gaza a ramené la cause palestinienne au premier plan de la politique arabe et internationale ; et 13% ont répondu qu’ils sont fiers parce que Gaza a sacrifié et enduré tous les morts et les destructions tout en faisant preuve de patience et de dignité pour défendre Jérusalem.

Passons maintenant au défunt grand processus de paix. Les Palestiniens ont peu de foi dans la solution à deux États. Mais ils la considèrent toujours comme une fin préférable.

Le soutien au concept de la solution à deux États s’élève à 39 % et l’opposition à 58 %. Aucune description ou détail n’a été fourni pour ce concept.

Lorsqu’on demande au public de faire un choix parmi trois, 46 % choisissent la solution à deux États basée sur les lignes de 1967, 10 % choisissent une confédération israélo-palestinienne et seulement 6 % choisissent un État unique pour les Juifs et les Arabes.

Ils ne pensent pas que cela va se produire :

Une majorité de 61% pense que la solution à deux États n’est plus pratique ou faisable en raison de l’expansion des colonies israéliennes, tandis que 33% pensent que la solution reste pratique. En outre, 67 % des personnes interrogées pensent que les chances de création d’un État palestinien aux côtés de l’État d’Israël dans les cinq prochaines années sont faibles ou inexistantes, tandis que 29 % estiment que ces chances sont moyennes ou élevées.

Venons-en maintenant à la résistance armée. Notez le changement absolu du nombre de partisans de la négociation à ceux qui préfèrent la lutte armée.

La solution préférée pour sortir du statu quo actuel est de « conclure un accord de paix avec Israël » selon 27% du public, tandis que 39% préfèrent mener « une lutte armée contre l’occupation israélienne ». 11 % préfèrent « mener une résistance non violente » et 18 % préfèrent maintenir le statu quo.

Il y a trois mois, 36 % des personnes interrogées ont déclaré préférer conclure un accord de paix avec Israël et 26 % ont déclaré préférer mener une lutte armée.

Cela semble évidemment refléter l’opinion de la victoire du Hamas. La moitié des Palestiniens considèrent désormais la lutte armée comme le moyen le plus efficace de mettre fin à l’occupation.

Interrogé sur les moyens les plus efficaces de mettre fin à l’occupation israélienne, le public s’est divisé en trois groupes : 49% ont choisi la lutte armée, 27% les négociations et 18% la résistance populaire. Il y a trois mois, 37% choisissaient la lutte armée et 36% les négociations.

Notez les chiffres élevés pour la résistance armée, mais aussi les méthodes non violentes et la solidarité internationale :

Lorsqu’on les interroge sur leur soutien à des choix politiques spécifiques, 66% sont favorables à l’adhésion à davantage d’organisations internationales ; 58% sont favorables au recours à la résistance non violente ; 60% sont favorables au retour aux confrontations armées et à l’Intifada ; 47% sont favorables à la dissolution de l’AP ; et 20% sont favorables à l’abandon de la solution à deux États et à l’adoption d’une solution à un État pour les Palestiniens et les Israéliens. Il y a trois mois, 43 % étaient favorables à un retour aux affrontements et à l’intifada armée, 42 % à la dissolution de l’Autorité palestinienne et 33 % à l’abandon de la solution à deux États en faveur d’une solution à un État.

Le soutien à l’intifada est donc passé de 43 à 60 % en deux mois.

Quelques autres points de données. Les Palestiniens n’aiment pas les États-Unis comme intermédiaire.

54% sont opposés, et 39% sont favorables, à un retour au dialogue avec la nouvelle administration américaine dirigée par le président Joe Biden. De plus, 63% sont opposés, et 29% sont favorables à un retour aux négociations palestino-israéliennes sous la direction des États-Unis….. Par ailleurs, 52% ne pensent pas, et 38% pensent que l’élection de Biden et la reprise de l’aide américaine à l’AP ouvrent la porte à un retour aux négociations israélo-palestiniennes dans le cadre de la solution à deux Etats.

Un quart des Palestiniens soutient la décision de Mansour Abbas d’entrer au gouvernement israélien avec deux autres membres du parti Ra’am. Mais la majorité – 45 % – est opposée à ce que des partis palestiniens participent à des coalitions gouvernementales israéliennes, 21 % n’étant ni pour ni contre.

Pas beaucoup de foi en Naftali Bennett : « Environ un cinquième (19%) pense qu’un gouvernement israélien dirigé par Naftali Bennett sera meilleur pour les relations israélo-palestiniennes qu’un gouvernement dirigé par Netanyahou ; une grande majorité de 69% n’est pas d’accord avec cela. »

Enfin, les objectifs palestiniens.

47% pensent que le premier objectif palestinien le plus vital devrait être de mettre fin à l’occupation israélienne dans les zones occupées en 1967 et de construire un État palestinien en Cisjordanie et dans la bande de Gaza avec Jérusalem-Est comme capitale. En revanche, 34% pensent que le premier objectif le plus vital devrait être d’obtenir le droit de retour des réfugiés dans leurs villes et villages de 1948, 10% pensent que le premier objectif le plus vital devrait être de construire un individu pieux ou moral et une société religieuse, qui applique tous les enseignements islamiques et 8% pensent qu’il devrait être d’établir un système politique démocratique qui respecte les libertés et les droits des Palestiniens.

 

Article de Philip Weiss, le 30 juin 2021

 

Source : Mondoweiss – Traduction : Collectif Palestine Vaincra