Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mère de famille palestinienne Anhar al-Deek sera libérée aujourd’hui, jeudi 2 septembre, de la prison de Damon pour être assignée à résidence dans sa maison familiale à Kafr Nima, près de Ramallah en Palestine occupée, ont annoncé des avocats palestiniens. Anhar est âgée de 25 ans et elle est dans son neuvième mois de grossesse et doit accoucher à tout moment, ce qui nécessite une césarienne. Un vaste tollé palestinien, arabe et international a précédé la décision de sa libération, qui lui impose toujours des conditions importantes et des sanctions injustes, ce qui montre le pouvoir de la pression massive sur l’occupation israélienne pour libérer les détenus palestiniens. Les tribunaux militaires et civils israéliens ne rendent pas justice aux Palestiniens – ce n’est que par l’action et la mobilisation que les prisonniers palestiniens peuvent obtenir leur libération.

L’avocat palestinien Akram Samara, qui représente Anhar al-Deek, a déclaré que le tribunal militaire d’Ofer avait ordonné sa libération. Sa famille doit payer une caution financière de 40 000 NIS (12 500 USD) et elle sera assignée à résidence dans son domicile familial. Des milliers de Palestiniens, d’Arabes et de défenseurs internationaux de la Palestine ont protesté et porté son cas à l’attention des médias sociaux et des responsables gouvernementaux, notamment après la publication de sa lettre dans la prison israélienne. Dans sa lettre, Mme al-Deek a décrit les conditions auxquelles elle serait confrontée après sa naissance, isolée et emprisonnée avec son nouveau-né, sans son mari ni sa mère :

Julia, ma fille bien-aimée, me manque si profondément. Mon cœur pleure pour elle, souhaitant pouvoir l’étreindre et la serrer dans mon cœur. La douleur dans mon cœur ne peut être exprimée.

Que puis-je faire si je dois accoucher loin de toi, enchaînée ? Tu sais ce que c’est que de subir une césarienne en dehors de la prison. Comment ce sera de le faire enchaînée à l’intérieur de la prison ?

Je suis si fatiguée et j’ai de fortes douleurs… Je ne sais pas comment je vais faire mes premiers pas après l’opération, quand le geôlier me tient le bras avec dégoût… Comment puis-je protéger le bébé des geôliers terrifiants ?

Je demande à toutes les personnes libres et honorables de conscience d’agir, même en élevant un mot ….

Anhar Al-Deek a été arrêtée par les forces d’occupation israéliennes le 8 mars 2021 – Journée internationale des droits des femmes – alors qu’elle était enceinte de quatre mois. Avec seulement un petit couteau à fruits en sa possession, elle a été accusée d’avoir tenté de poignarder un colon israélien.

Tout au long de son emprisonnement et de sa grossesse, elle a présenté de graves symptômes de santé physique et mentale et a été diagnostiquée comme souffrant de dépression bipolaire. Plutôt que de recevoir le soutien et les soins médicaux dont elle a besoin et la présence de ses proches, elle a été jetée dans le système judiciaire militaire israélien. Pendant son emprisonnement, l’occupation israélienne n’a pas permis à Anhar
al-Deek de recevoir des visites familiales de son mari et de sa petite fille, Julia. Son mari a pu la voir il y a trois mois lors du procès militaire, et son frère a déclaré avoir vu sa sœur il y a cinq mois lors d’une autre audience du tribunal militaire.

Anhar fait actuellement partie des 40 autres femmes palestiniennes détenues dans les prisons israéliennes, sur un total de 4 750 prisonniers politiques palestiniens. Onze des femmes détenues sont des mères séparées de leurs enfants par l’occupation israélienne. Le mois dernier encore, la dirigeante politique et féministe palestinienne Khalida Jarrar s’est vu refuser une libération anticipée ou même la possibilité de voir le corps de sa fille après la mort prématurée de sa fille, la militante palestinienne et défenseuse des droits humains Suha Jarrar.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, se joint à la famille d’Anhar al-Deek, à ses proches, au peuple palestinien et aux personnes de conscience du monde entier pour lui souhaiter la bienvenue, ainsi qu’à son enfant bien-aimé. Dans le même temps, nous mettons en garde contre la nécessité de continuer à suivre de près son cas, d’autant plus qu’elle n’est pas encore arrivée chez elle avec ses proches. Elle a vécu une grossesse extrêmement traumatisante, alors que l’occupation israélienne continue de lui imposer des conditions injustes et onéreuses.

Son cas souligne également l’importance de la mobilisation palestinienne, arabe et internationale pour mettre en lumière les injustices quotidiennes de l’emprisonnement politique israélien et la fermeté et la résistance des prisonniers politiques palestiniens. Liberté pour tous les prisonniers palestiniens, et pour toute la Palestine, de la mer au Jourdain !

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra