Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nous reproduisons ci-dessous un article du Collectif Palestine Vaincra paru dans le journal libanais Al Akhbar dans le cadre d’un dossier consacré à Georges Abdallah, communiste libanais emprisonné en France depuis 1984, à l’occasion de la tournée au Liban du documentaire « Fedayin, le combat de Georges Abdallah ».

« Certainement Camarades, ce n’est pas en cherchant des astuces judiciaires ici et là que l’on arrive à faire face à l’acharnement criminel « des fondés de pouvoir du capital » dont font l’objet les résistants en captivité, mais plutôt en affirmant la détermination inébranlable dans la lutte contre leur criminel système moribond. » Georges Abdallah, 23 juin 2018

Depuis sa fondation, le Collectif Palestine Vaincra mène une large campagne de mobilisation pour la libération de Georges Abdallah qui en est membre d’honneur. Son maintien en détention en France révèle le rôle de l’impérialisme français dans cette région du monde et en particulier au Liban et en Palestine. Chaque mois, plusieurs membres du Collectif Palestine Vaincra le rencontrent à la prison de Lannemezan où il est incarcéré. Et chaque mois, nous rencontrons un combattant arabe implacable, déterminé et enthousiaste face aux développements des luttes en cours. Pour nous, soutenir Georges Abdallah c’est soutenir les peuples libanais et palestinien contre l’impérialisme.

Georges Abdallah, un prisonnier de la révolution palestinienne

Le Collectif Palestine Vaincra est une organisation de soutien au peuple palestinien et à sa résistance. Nous soutenons la lutte pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain et nous nous mobilisons pour la libération immédiate des 4650 prisonnières et prisonniers palestiniens. Parmi ces enfermés dans les geôles sionistes, Georges Abdallah est une figure importante emprisonnée au cœur des centres impérialistes. Soutenir la cause de Georges Abdallah et des prisonniers palestiniens n’est pas seulement une cause pour la justice ou les droits humains. C’est d’abord un soutien politique à celles et ceux qui sont en première ligne de la résistance contre l’impérialisme et le sionisme et qui incarnent la seule voie pour la libération du peuple palestinien : celle de la résistance.

Georges Abdallah, un combattant arabe embastillé

En prison, Georges Abdallah n’a jamais cessé d’être ce qu’il est : un combattant anti-impérialiste, un intellectuel révolutionnaire et un communiste arabe. A ce titre, il adhère en 1999 à une plate-forme regroupant plusieurs dizaines de prisonniers politiques révolutionnaires notamment anarchistes, communistes et antifascistes. Il n’a de cesse d’affirmer son soutien aux luttes des peuples contre l’impérialisme et le sionisme, en particulier aux peuples palestinien et libanais. A travers des déclarations, des refus de plateaux, il porte la résistance au cœur même du système carcéral impérialiste. Il soutient la grève de la faim de Bilal Kayed, exige la libération d’Ahmad Sa’adat (qui dit de lui qu’il est «le général des prisonniers du FPLP»), soutient les Grandes Marches pour le Retour : toute sa solidarité est au service de la lutte. De par sa vision politique claire et son statut de leader, il joue un rôle important dans la reconstruction de la gauche palestinienne et arabe.

Une campagne qui grandit pour la libération du plus ancien prisonnier politique d’Europe

La mobilisation en France s’est construite d’abord pour briser l’omerta sur l’histoire de Georges Abdallah et pour rompre son isolement. Après plus de 15 ans d’une campagne acharnée, cette première étape est en partie une réussite. Georges Abdallah n’est pas tombé dans l’oubli et un nombre croissant de personnes découvre chaque année ce scandale d’État. A Toulouse, nous développons un travail important d’information et de mobilisation afin de faire grandir le mouvement de solidarité. La sortie du film documentaire « Fedayin, le combat de Georges Abdallah » joue également un rôle clef dans le développement du soutien à ce communiste libanais emprisonné en France. Depuis 2010, une grande manifestation annuelle a lieu en octobre devant les portes de sa prison à Lannemezan. Samedi 23 octobre 2021, plus de 1000 personnes venant des quatre coins de France et d’ailleurs se sont rassemblées devant les portes de la prison où il est gardé en otage. Parallèlement, le soutien international devient de plus en plus important notamment grâce au travail essentiel joué par la Campagne libanaise pour la libération de Georges Abdallah mais aussi le réseau international Samidoun et des centaines de comités à travers le monde. Aujourd’hui, plus de 400 personnalités politiques à travers le monde exigent sa libération comme Angela Davis, Noam Chomsky, Mumia Abu Jamal ou encore Marcel Khalife. Sans nul doute, la campagne pour la libération de Georges Abdallah est devenue l’une des plus importantes campagnes pour la libération d’un prisonnier politique.

Soutenir Georges Abdallah c’est soutenir la résistance et construire l’avenir

Aujourd’hui, Georges Abdallah est devenu un symbole, celui de la lutte sans concession contre l’impérialisme, le sionisme et les régimes réactionnaires arabes. Communiste arabe emprisonné en France, Georges Abdallah incarne ce lien nécessaire et vital dans le combat anti-impérialiste et anti-colonialiste entre la lutte au Liban, en Palestine et en France.

L’affirmation de son identité politique et son soutien indéfectible aux résistances en cours ont permis de politiser une nouvelle génération militante des deux côtés de la Méditerranée. En France, beaucoup de personnes se politisent à travers son histoire et son combat. La génération née dans les années 80 lors de son arrestation ou encore celle née durant les années 2000 (Georges étant devenu libérable) soulignent que les soutiens à Georges Abdallah ne faiblissent pas mais au contraire se renouvellent et se forment à ses côtés. L’émergence de cette jeunesse anti-impérialiste est sans nul doute la plus grande victoire politique de Georges Abdallah en plus de celle d’affirmer depuis plus de 37 ans la légitimité de sa cause face à ses geôliers.

Mais son emprisonnement depuis 37 ans met l’ensemble du mouvement anti-impérialiste de France, du Liban et de Palestine face à son propre bilan. L’urgence est à sa reconstruction, pour Georges et pour la résistance.

Collectif Palestine Vaincra, membre du réseau international Samidoun
02 novembre 2021

Source : Al Akhbar