Partager :

A l’initiative du Secours Rouge du Canada et des Jeunes Socialistes pour le Pouvoir Populaire, plusieurs initiatives en soutien à Georges Abdallah ont eu lieu à Montréal dans le cadre du mois d’agitation pour sa libération.

Mercredi 23 octobre, notre Collectif Palestine Vaincra était invité à intervenir lors d’une conférence sur le sens de la solidarité avec Georges Abdallah. Nous retranscrivons ci-dessous le message vidéo que nous avons envoyé :

 

Tout d’abord, nous voudrions remercier chaleureusement le Secours Rouge du Canada et les Jeunes Socialistes pour le Pouvoir Populaire pour leur invitation.

Notre Collectif Palestine Vaincra est un collectif de soutien au peuple palestinien et à sa Résistance à Toulouse, non loin de la prison où est enfermé Georges Abdallah. Nous sommes membres de Samidoun, le réseau international de soutien aux prisonniers palestiniens.

Israël, une des dernière colonisation de peuplement du monde, continue son entreprise de nettoyage ethnique et d’apartheid contre le peuple palestinien. La colonisation s’intensifie en Cisjordanie et à Jérusalem/ Al Quds. Le siège maintien toute la population de Gaza dans une situation sanitaire critique. L’appui et le soutien des puissances impérialistes à l’entité sioniste ne faiblit pas.

Et pourtant, le peuple palestinien se tient debout et continue sa résistance héroïque. Des milliers de gazaouis manifestent chaque vendredi à la frontières. La résistance, y compris la lutte armée, se poursuit en Palestine occupée. Les milliers de prisonniers palestiniens maintiennent le rapport de force avec l’occupation. Ils luttent sans relâche contre le système carcéral colonialiste.

Récemment, Samer Arbeed a été arrêté et torturé par les services israéliens car il serait l’un des responsables des cellules de résistance armée du FPLP en Cisjordanie occupée. Malgré cela, des milliers de Palestiniens ont manifesté partout leur soutien à ce combattant et à ce qu’il représente.

Georges Abdallah fait partie des plus de 5500 prisonniers palestiniens. Enfermé dans les prisons de l’impérialisme français, il est debout et digne depuis 35 ans. Depuis sa prison de Lannemezan, il se tient aux côtés du peuple palestinien et de sa résistance. Il n’a pas renié d’un pouce ses convictions de militant communiste. C’est bien pour cela que l’État français refuse de le libérer. Et c’est pour cela que la solidarité avec lui est si importante.

Le mois d’agitation pour la libération de Georges Abdallah, initié par le Secours Rouge, Samidoun et notre Collectif Palestine Vaincra, a porté ses fruits. En Palestine occupée, au Liban, en Tunisie, en Algérie et un peu partout en Europe, des actions de solidarité ont vu le jour pour exiger sa libération immédiate. Ce soir, c’est au Québec, où vous êtes réunis, que la solidarité avec lui s’exprime.

Nous rendons régulièrement visite à Georges Abdallah. Son courage et sa détermination, il les puisent également dans le mouvement de soutien qui se développe à travers le monde.

Chaque action, même petite, témoigne de la vivacité et de l’actualité du combat de Georges Abdallah. Le soutenir ce n’est pas seulement soutenir un combattant communiste arabe exemplaire. Mais c’est soutenir le projet qu’il porte : une Palestine libre et démocratique de la mer au Jourdain. Le soutenir c’est soutenir la gauche révolutionnaire palestinienne qui se bat arme à la main contre l’occupation sioniste. Le soutenir c’est soutenir les combattants de la Révolution palestinienne enfermés dans les geôles de l’occupation sioniste. Le soutenir c’est soutenir la dignité arabe face à l’impérialisme, au sionisme et aux régimes réactionnaires arabes. Le soutenir c’est finalement nous soutenir toutes et tous !

Alors, intensifions les initiatives partout dans le monde !

Vive la solidarité internationale !

 

Quelques jours plus tard, le samedi 26 octobre, un rassemblement était organisé devant le consulat général de France à Montréal.  Plusieurs dizaines de personnes ont déployé une banderole « Libérez Georges Abdallah, otage de l’impérialisme » et scandé des slogans tels que « Israël assassin, Trudeau complice » ou encore « Free, Free Abdallah ». Un drapeau d’Israël a également été brûlé durant l’initiative.

Devant le Consulat général de France à Montréal