Partager :

Le prisonnier palestinien Ahmad Zahran entame son 99e jour de grève de la faim contre sa détention administrative, l’emprisonnement israélien sans inculpation ni jugement. Zahran, 42 ans, du village palestinien de Deir Abu Mishaal, a entamé sa grève de la faim après qu’un nouvel ordre de détention administrative de quatre mois a été prononcé contre lui malgré l’obtention d’un accord pour sa libération lors d’une précédente grève de la faim de 39 jours.

Père de quatre enfants, Zahran a passé 15 ans dans les prisons israéliennes au cours de plusieurs périodes de détention antérieures. Au cours de sa longue grève de la faim, il fait face à une aggravation de la crise sanitaire. Il a perdu plus de 30 kilogrammes et a été transféré à la clinique de la prison de Ramleh alors que sa santé se détériorait davantage.

Le 22 décembre, des interrogateurs du célèbre centre d’interrogatoire Al-Moskobiyeh à Jérusalem occupée sont venus à la clinique de la prison de Ramleh pour interroger Zahran, apparemment dans le but de l’intimider ou de le contraindre à rompre sa grève ou à faire de faux aveux contre lui-même ou autrui. Ses appels légaux pour mettre fin à sa détention ont été reportés à plusieurs reprises.

« J’attends avec impatience chaque matin pour entendre que mon fils respire encore pour me ramener à la vie », a déclaré Raseela Zahran, 70 ans, la mère d’Ahmad, dans un appel au soutien de son fils de la part des partisans palestiniens, arabes et internationaux de la justice. « La santé d’Ahmad s’est détériorée et j’appelle tout le monde à assurer la libération de mon fils de l’emprise de l’occupation [israélienne]. Combien de plus ce corps peut-il supporter après deux grèves de la faim qui ont duré ensemble 120 jours? Le corps de mon fils s’affaiblit mais sa volonté reste forte. »

Le samedi 28 décembre, un autre prisonnier palestinien, Jamil Saleh Ankoush, a annoncé qu’il entamait une grève de la faim en solidarité avec Zahran jusqu’à ce qu’il remporte la victoire et mette fin à sa détention administrative sans inculpation ni jugement.

Les avocats de Zahran auprès de la Société des prisonniers palestiniens ont rapporté que Zahran s’était vu refuser à plusieurs reprises des visites familiales et que même ses avocats avaient eu plusieurs fois des rendez-vous avec lui retardés, refusés ou reportés. Pour tenter de rompre sa grève, il a été transféré à plusieurs reprises d’une prison à une autre (en utilisant le dur système «bosta») et placé en isolement cellulaire.

Lors de son 68e jour de grève de la faim, l’avocate d’Addameer, Mona Naddaf, a rapporté que Zahran vomissait déjà du sang et était incapable de se tenir debout. Malgré son état de santé manifestement grave, il a été contraint de quitter son lit de 6 h à 18 h. Pendant 15 jours dans la prison du désert du Néguev, il n’a été autorisé à prendre une douche qu’une seule fois.

Le 23 décembre, de grandes foules de Palestiniens ont rejoint une marche dans la ville de Gaza pour soutenir Ahmad Zahran et ses camarades palestiniens de détention dans les prisons israéliennes. Organisée par le Front Populaire pour la Libération de la Palestine, la marche a noté l’escalade des attaques contre les prisonniers palestiniens, notamment le ciblage de la gauche palestinienne alors que les agences de renseignement israéliennes ont annoncé « l’arrestation de 50 membres du FPLP » dans une campagne médiatique contre les combattants Palestiniens emprisonnés, dont la victime de la torture Samer Arbeed et la parlementaire féministe Khalida Jarrar .

Une déclaration du Service pénitentiaire du FPLP a été présentée lors de la marche à Gaza, saluant Zahran et disant que « le prisonnier Ahmad Zahran est un exemple paradigmatique de l’intellectuel en difficulté et résistant face à l’occupant. Nous sommes aux côtés du prisonnier Zahran, qui a été soumis hier à des interrogatoires sévères et a fait face à l’occupant, refusant de rompre sa grève. Il continue de résister et de maintenir ses demandes de mettre fin à sa détention administrative arbitraire. »

Les ordonnances de détention administrative sont indéfiniment renouvelables et peuvent être délivrées pour une période maximale de six mois à la fois. Des Palestiniens ont passé des années en prison israélienne sous ces ordres. Actuellement, environ 450 des plus de 5 000 prisonniers politiques palestiniens sont détenus en vertu d’ordonnances de détention administrative, initialement introduites en Palestine par le mandat colonial britannique, puis adoptées par l’État sioniste. La pratique israélienne de détention administrative, qui est systématiquement utilisée pour emprisonner des Palestiniens sans inculpation ni jugement, constitue une violation de la quatrième Convention de Genève et constitue également une forme de torture psychologique pour les détenus et leurs familles: ils ne savent jamais quand et comment ils peuvent être libérés, si jamais.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, souligne notre solidarité pleine et entière avec Ahmad Zahran et tous les prisonniers palestiniens qui luttent pour la liberté. Nous appelons tous les partisans de la justice du monde entier à prendre position avec Ahmad Zahran, dont la vie est en jeu alors qu’il lutte pour mettre fin à la détention administrative. La solidarité internationale peut être importante pour montrer aux prisonniers palestiniens comme Ahmad Zahran qu’ils ne sont pas oubliés et pour faire pression sur l’État israélien – et les gouvernements qui le soutiennent – pour aider Zahran à remporter la victoire pour la justice et la liberté.

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra