Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dimanche 22 août, les 23 détenus politiques palestiniens arrêtés hier par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne dans le but d’empêcher une manifestation réclamant justice pour Nizar Banat et la fin de la « coopération sécuritaire » de l’AP avec Israël ont été présentés au tribunal de première instance de Ramallah. Tous les détenus avaient entamé une grève de la faim dès leur arrestation, exigeant leur libération immédiate.

Parmi eux figurent de nombreux militants, intellectuels et anciens prisonniers incarcérés dans les prisons israéliennes. Si le tribunal a ordonné la libération de 13 détenus, huit autres ont été maintenus en détention pour 48 heures supplémentaires : l’ancien prisonnier Ubai Aboudi (directeur exécutif du Bisan Centre for Research and Development), Omar Assaf, Ghassan al-Saadi, Jihad Abdo, Amir Salameh, Mohammed Abdo, Yousef al-Sharqawi et Hamza Zubeidat. Tous ont déclaré que leur grève de la faim se poursuivrait jusqu’à leur libération. Hind Shraydeh, l’épouse d’Ubai Aboudi, a déclaré que lui et ses codétenus avaient gardé le silence lors des interrogatoires, soulignant que leur arrestation et leur interrogatoire étaient illégaux.

Avocats pour la Justice a noté que parmi les personnes libérées figurent les anciens prisonniers politiques Maher al-Akhras et Imad Barghouthi, Zaha Maadi, Kawthar Ebwainy, Ibrahim Abu Hijleh, Salem Qutaish, Yousef Omar, Yousef Abukhdair et Abdel-Hadi Abu Shamsieh.

Pendant ce temps, à l’extérieur du tribunal de première instance, Khader Adnan, l’ancien gréviste de la faim qui a obtenu sa libération de la détention administrative dans les prisons israéliennes à de multiples reprises, a été arrêté par les forces de sécurité de l’AP alors qu’il protestait contre la détention des organisateurs de la manifestation. Dans une interview accordée à Quds News, Randa, l’épouse d’Adnan, a déclaré qu’il a été arrêté soudainement par un véhicule de sécurité qui est arrivé sur les lieux et l’a emmené. Il a depuis annoncé qu’il faisait également une grève de la faim jusqu’à ce qu’il soit libéré.

Un large éventail d’organisations, de partis politiques, d’organisations juridiques et d’institutions palestiniennes ont condamné ces arrestations. Le Front populaire de libération de la Palestine, le Front démocratique de libération de la Palestine, le Hamas, le Mouvement du Jihad islamique, le Réseau des ONG palestiniennes, la Commission indépendante des droits de l’homme, Al-Haq, le Centre Bisan pour la recherche et le développement et de nombreux autres partis ont publié des déclarations dénonçant les arrestations comme des violations flagrantes de la liberté d’expression, ciblant en particulier les anciens prisonniers, et mettant en danger la cohésion sociale palestinienne face à l’occupation.

Le réseau Samidoun en Palestine occupée a publié une déclaration en réponse à ces arrestations :

Au sein du réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, nous nous opposons à l’oppression et aux abus pratiqués par l’Autorité palestinienne. Il y a environ deux mois, elle a assassiné le martyr Nizar Banat et a intensifié toutes les pratiques de violence et d’agression contre notre peuple au cours de la période précédente, bien que ces pratiques ne soient pas nouvelles pour l’Autorité. Cependant, l’accent mis sur l’utilisation d’une violence excessive et les campagnes de diffamation contre notre peuple palestinien et ses forces révolutionnaires sont en augmentation, ce qui indique la règle de la politique du « poing sécuritaire » et la domination des politiques de contrôle, et l’omniprésence de la répression et de l’intimidation contre la liberté d’expression et de réunion, exprimant le droit du peuple à l’autodétermination et à la confrontation avec l’occupation.

Nous ne voyons dans ces politiques qu’une insistance à trahir les décisions et les engagements du peuple palestinien et sa lutte pour la libération, à protéger la classe dirigeante qui pille quotidiennement les ressources de notre peuple, à insister sur la poursuite de la politique de coordination sécuritaire, la politique de la « porte tournante » de l’emprisonnement, et l’abandon des combattants du peuple palestinien à l’occupation, alors qu’elle continue à usurper notre terre et à attaquer notre projet de libération, sans parler du refus du droit au retour des réfugiés palestiniens et de la soumission de la vie des Palestiniens aux puissances impérialistes mondiales.

Aujourd’hui, alors que Jénine est un exemple de sacrifice et affirme notre droit absolu à la lutte et à la résistance, et que Gaza tient bon face à l’occupation et donne des leçons de lutte et de fermeté, cette Autorité a arrêté 23 Palestiniens qui organisaient un sit-in pour condamner le meurtre du martyr Nizar Banat. Les forces de sécurité de l’Autorité les ont poursuivis dans les rues de Ramallah occupée, les empêchant de se rassembler dans une nouvelle étape de suppression de toute défense du droit à la vie de notre peuple. En conséquence, nous affirmons :

1. Les assassins du martyr Nizar Banat doivent répondre de leurs actes devant les forces de sécurité et les décideurs de l’Autorité ;

2. Notre peuple est aujourd’hui capable de se protéger, et ces structures établies par l’Autorité sont des organes obsolètes qui sapent la volonté de notre peuple et sa lutte pour la liberté.

3. La dissolution de l’Autorité et des forces dirigeantes monopolistiques et la fin de la corruption de cette junte politique qui sape le droit à la vie et le droit à la libération nationale de notre peuple dans toute la Palestine de la mer au Jourdain.

4. Nous affirmons que toute atteinte à la liberté d’expression ne fera l’objet que d’une confrontation accrue pour défendre les libertés qui constituent une base fondamentale pour la lutte de libération de notre peuple.

5. La libération immédiate de tous les détenus et la fin des accusations malveillantes d' »incitation à la violence interconfessionelle », de « rassemblement illégal » et d' »insultes aux officiels », en soulignant que les véritables autorités du peuple palestinien sont les martyrs, les prisonniers et les combattants qui ont donné leur vie et se sont sacrifiés pour défendre la Palestine.

6. Mettre fin aux arrestations politiques, à la répression, aux abus, et aux tentatives de répandre les intrigues et la division parmi notre peuple.

7. Nous soutenons notre vaillante résistance et affirmons que la véritable direction de notre peuple est constituée par les prisonniers détenus dans les prisons de l’ennemi sioniste et les héroïques combattants de la résistance partout dans le monde qui portent le fardeau de la route de la libération et de la dignité.

Liberté immédiate pour tous les détenus politiques !

Gloire aux martyrs et justice pour Nizar Banat.

Réseau Samidoun

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra