Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mercredi 22 décembre, Marah Bakir et Shorouq Dwayyat sont sorties de l’isolement et ont regagné leurs cellules dans la section des prisonnières palestiniennes de la prison de Damon. Mona Qaadan avait auparavant été renvoyée dans sa section. Bakir et Dwayyat, représentantes élues des femmes détenues, avaient toutes deux été transférées hors de la prison de Damon et maintenues en isolement par les forces d’occupation israéliennes en représailles de leur défense des droits des femmes détenues palestiniennes. Les organisations de prisonnières palestiniennes ont également indiqué que les appareils électroniques des femmes, tels que des ustensiles de cuisine, leur ont été rendus. Il s’agit d’un succès pour la résistance des femmes palestiniennes et le mouvement des prisonniers palestiniens, obtenu par la lutte et l’action.

Bien sûr, la lutte n’est pas terminée. Les femmes palestiniennes continuent d’être privées de visites familiales et d’autres besoins fondamentaux.

Bakir et Dwayyat, ainsi que leurs codétenues, ont été attaquées à de multiples reprises par des unités répressives qui ont envahi leurs sections. Les prisonnières politiques palestiniennes sont privées de visites familiales depuis plus de trois mois, elles sont soumises aux caméras de sécurité dans les couloirs et la cour de la prison, et à des conditions insalubres et humides en hiver, avec un chauffage et des couvertures insuffisants. Les prisonnières, dont Israa Jaabis, qui souffre de graves problèmes de santé et de blessures, se voient refuser des soins médicaux appropriés. Les forces répressives ont envahi les cellules des femmes et les ont attaquées, coupant l’électricité et arrachant les hijabs de la tête de plusieurs femmes. Les femmes avaient refusé d’être soudainement transférées d’une cellule à l’autre après 21H lorsque les forces répressives les ont attaquées.

L’agression des prisonnières et l’isolement de Bakir, Dwayyat et Qaadan ont suscité une réaction indignée du peuple palestinien, de ses organisations de résistance et du mouvement des prisonniers. Les prisonnières ont fermé leurs sections et rendu leurs repas, tandis que trois prisonnières – Nurhan Awad, Maysoon Musa al-Jabali et Shatila Abu Ayada – ont entamé une grève de la faim ouverte le 21 décembre pour exiger le retour de leurs codétenues.

Dans la prison de Nafha, un prisonnier palestinien, Yousef Mabhouh, a physiquement affronté et blessé un geôlier de l’occupation israélienne pour protester contre les mauvais traitements infligés aux femmes détenues. Dans toutes les prisons de l’occupation israélienne, les prisonniers palestiniens ont rendu leur repas du mercredi matin pour demander que Bakir et Dwayyat soient libérés de leur isolement, que Hisham Abu Hawash, en grève de la faim depuis 128 jours, soit libéré de son emprisonnement sans accusation ni procès, et que cessent les attaques des unités répressives contre les prisonniers palestiniens de la prison de Nafha. Les organisations de résistance palestiniennes ont également déclaré leur soutien total et leur volonté de se mobiliser pour défendre les prisonniers.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, salue les prisonnières palestiniennes et le mouvement des prisonniers palestiniens dans son ensemble, ainsi que leur résistance et leur leadership continus. Le retour de Dwayyat et Bakir dans leurs sections et la restauration de l’appartenance des prisonnières est une réussite matérielle qui montre que la résistance des prisonnières gagne. Cependant, la lutte n’est pas encore terminée – pour obtenir les demandes des prisonniers et leur libération. Nous appelons tous les partisans internationaux de la Palestine à agir pour soutenir les femmes palestiniennes emprisonnées dans leur lutte pour la justice – jusqu’à la libération de la Palestine de la mer au Jourdain.

Cliquez ici pour écrire une lettre au Comité international de la Croix-Rouge afin de lui demander d’agir pour défendre les femmes palestiniennes emprisonnées.

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra