Partager :

Les prisonniers palestiniens poursuivent leur grève de la faim collective ce 9 avril, deuxième jour de la « Bataille de la dignité (Karameh) 2 » dans la prison israélienne. Un certain nombre de dirigeants de différentes forces politiques palestiniennes ont annoncé le lancement de la grève lundi 8 avril, après que des responsables de l’administration pénitentiaire israélienne eurent renié les engagements pris antérieurement par l’équipe de négociation des prisonniers concernant l’accès au téléphone.

La grève se poursuit progressivement entre les prisonniers des «quatre forces», le Front Populaire, le Front Démocratique, le Hamas et le Jihad islamique, et d’autres prisonniers se joignent à elle au fur et à mesure de son avancée; beaucoup plus de prisonniers devraient rejoindre le 17 avril au plus tard, célébrée internationalement comme la Journée des prisonniers palestiniens. À ce jour, 400 prisonniers palestiniens auraient participé à la grève, notamment des prisonniers des prisons de Ramon, Eshel, Nafha, Néguev, Ofer, Gilboa et Megiddo.

Les prisonniers palestiniens qui ont pris part à la grève sont transférés dans d’autres prisons à titre de représailles, a rapporté la commission des affaires des prisonniers. Ce processus avait commencé avant même que la grève ne commence, lorsque le chef du FPLP, Wael Jaghoub, l’un des cinq premiers dirigeants à avoir annoncé cette grève, avait été transféré au centre d’interrogatoire de Petah Tikva deux jours avant le début de celle-ci.

Les demandes des prisonniers :

  • Installation de téléphones publics dans les prisons et retrait des dispositifs de «brouillage» pour téléphones portables installés par l’occupation, qui auraient des effets néfastes sur la santé
  • Fin des sanctions collectives imposées par les autorités pénitentiaires depuis 2014 et en particulier des sanctions récemment imposées aux prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes après les attaques répressives perpétrées dans les prisons de Negev et d’Ofer.
  • Annulation de l’interdiction de visites familiales imposée à des centaines de prisonniers et retour à un calendrier normal (deux fois par mois) de visites familiales pour tous les prisonniers.
  • Mettre fin à la politique de négligence médicale et d’accès difficile aux traitements médicaux pour les prisonniers blessés, blessés et malades
  • Mettre fin à l’isolement
  • Amélioration des conditions et de la liberté des enfants prisonniers
  • Amélioration des conditions de transfert des prisonniers sur la «bosta» et lutte contre les violations des droits fondamentaux des femmes prisonniers palestiniennes.

 

Les forces nationales et islamiques de la bande de Gaza ont tenu mardi matin une conférence de presse au cours de laquelle elles ont annoncé une série d’actions et d’événements à Gaza destinés à soutenir les prisonniers palestiniens. Ils ont publié la déclaration suivante:

« La bataille de la dignité (Karameh) 2 est la bataille du mouvement des prisonniers et de l’ensemble du peuple palestinien de son pays, de la diaspora et de sa vaillante résistance

Le jour qui marque l’anniversaire du massacre de Deir Yassin, le mouvement de libération nationale palestinien à l’intérieur des prisons entre avec vigueur, volonté, détermination et escalade révolutionnaire au cœur de la bataille de la Dignité 2, qui vient après une longue préparation. pendant plusieurs mois. Cela résulte de la pression accumulée résultant de l’escalade de l’attaque sioniste contre les prisonniers et de la confiscation de leurs droits fondamentaux à l’intérieur des prisons. Lundi, la décision de faire grève a été prise après que les négociations avec l’administration pénitentiaire se soient soldées par une impasse après le désaveu d’accords déjà conclus.

L’occupant a eu recours à une tactique typique après avoir été confronté à l’échec de ses actions répressives ces derniers jours contre les prisonniers, par le biais de négociations marathon et de tentatives de les noyer en détail. Le facteur temps, le brassage des papiers et le langage du retard et de la procrastination étaient une tentative de changer les circonstances en leur faveur. Reconnaissant cette réalité, les prisonniers sont prêts à mener cette bataille tant que leurs justes exigences ne seront pas satisfaites.

Au sein du Comité des prisonniers des forces nationales et islamiques de la bande de Gaza, nous soulignons les points suivants à la lumière de cette évolution importante à l’intérieur des centres de détention sionistes:

1) Nous déclarons notre ferme position aux côtés des prisonniers dans cette bataille de la dignité et affirmons que nous ne les laisserons pas seuls dans cette lutte. Cette bataille, menée par un mouvement de prisonniers unifiés, doit être la bataille de l’ensemble du peuple palestinien à l’intérieur de la Palestine et de la diaspora.

2) Nous sommes convaincus que le mouvement des prisonniers mènera cette lutte avec intelligence et sagesse. Il a la détermination et la volonté de continuer la bataille et de faire face aux stratagèmes et aux méthodes de l’administration pénitentiaire et il triomphera de la même manière que dans les luttes passées.

3) Nous annonçons une série d’activités dans toute la bande de Gaza pour soutenir le mouvement des prisonniers dans cette lutte, et nous appelons les masses palestiniennes du monde entier à s’associer au mouvement des prisonniers pour mener cette bataille. Nous sommes confiants de la victoire, peu importe la difficulté de la situation.

4) L’occupation sioniste aggrave ses violations quotidiennes du droit international contre les prisonniers palestiniens, notamment la torture systématique, les traitements cruels, inhumains et dégradants, le non-respect délibéré du droit des prisonniers de recevoir des soins médicaux, les refus répétés de visites de sa famille et les contacts avec sa famille membres (en particulier pour les prisonniers de Gaza) et autres pratiques quotidiennes. Nous renouvelons une fois de plus notre demande de mener une enquête internationale approfondie et de demander à la Cour pénale internationale de juger les dirigeants et les responsables de l’entité sioniste et de son administration pénitentiaire pour leurs crimes contre nos courageux prisonniers.

5) Nous appelons tous les amis de la Palestine, les mouvements de solidarité internationaux et les forces démocratiques du monde à se tenir aux côtés de nos prisonniers en difficulté. Nous appelons également tous les partisans de la campagne du BDS à considérer la Bataille de la Dignité 2 comme une priorité palestinienne, arabe et internationale, à exposer les politiques racistes et criminelles sionistes du ministe Gilad Erdan, qui cherche continuellement à déformer l’image de notre lutte. cibler nos prisonniers. Nous considérons que ce qui se passe dans les prisons d’occupation constitue une bataille, à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine.

En conclusion, nous affirmons notre pleine et entière position vis-à-vis du mouvement des prisonniers dans cette bataille héroïque. Nous affirmons que l’entité sioniste, qui a été construite sur les massacres, la terreur et le déracinement de notre peuple de sa patrie, affronte aujourd’hui les descendants des martyrs et des morts, dans les rangs d’une bataille historique continue. La résistance palestinienne est déterminée à gagner… nos prisonniers triompheront et réaliseront leurs droits, ce qui constitue une étape sur la voie de la liberté. ”

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra