Partager :

Depuis plusieurs mois, le Collectif Palestine Vaincra mène campagne pour que cesse le jumelage de Toulouse avec Tel-Aviv. Plus de 5000 personnes ont signé la pétition (en ligne et au format papier) ce qui démontre que de nombreux Toulousain·e·s s’inquiètent de la collaboration de la ville rose avec la capitale de l’apartheid israélien.

Avec 27,57 % des voix au premier tour des élections municipales, Archipel Citoyen s’est qualifié pour le deuxième tour qui aura lieu le 28 juin prochain. Après de nombreuses tractations, cette liste va faire face à l’actuel maire Jean-Luc Moudenc autour d’une coalition regroupant des membres d’EELV, de la France Insoumise, du PS, du PCF et de Génération(s).

Alors que Jean-Luc Moudenc est un fervent défenseur de l’apartheid israélien et que le gouvernement Netanyahu-Gantz annonce l’annexion de 30% de la Cisjordanie, la moindre de nos attentes serait qu’Archipel Citoyen s’engage résolument en faveur du peuple palestinien et donc en soutenant notre campagne pour mettre fin au jumelage honteux de Toulouse avec Tel-Aviv. Une telle revendication est déjà mise en place, totalement ou partiellement, dans des grandes villes européennes administrées par des socialistes ou des écologistes comme Amsterdam et Lille.

Malheureusement, nous sommes loin du compte. Nous saluons les prises de position courageuses de plusieurs personnalités de cette liste pour l’arrêt de ce jumelage, en particulier Odile Maurin et Jamal El Arch, mais elles ne sauraient faire oublier les absences et les silences.

Première surprise, François Piquemal a refusé de soutenir publiquement cette campagne. Figurant en cinquième position sur la liste, l’ancien porte parole du DAL 31  avait pourtant co-organisé une manifestation en septembre 2014 pour mettre fin à ce jumelage. Qu’est-ce qui explique ce revirement ?

Deuxième surprise, l’absence de prise de position officielle de la part de la France Insoumise, du PCF ou d’EELV. Nombre de leurs militant·e·s nous ont assurés de leur soutien, mais pourquoi ce silence de leur part ?

Troisième surprise, la présence sur la liste de Pierre Cohen. Ancien maire de Toulouse, il avait honteusement soutenu la censure d’un meeting de soutien au peuple palestinien à l’Université du Mirail en décembre 2012.

Les raisons de cette frilosité politique semblent évidentes : le soutien au peuple palestinien est jugé trop clivant pour une coalition qui vise à gagner la majorité municipale. Une telle attitude de la part d’Archipel Citoyen témoigne malheureusement d’un ancrage encore profond des petits calculs électoralistes au détriment de ses principes. Le peuple palestinien qui fait face à l’une des formes les plus brutales de colonisation et d’apartheid ne mérite-t-il pas une solidarité sincère et sans concession ?

Nous appelons Antoine Maurice et ses colistier·e·s à prendre position publiquement et s’engager pour que cesse le jumelage de Toulouse avec Tel-Aviv.

Indépendamment des résultats électoraux du 28 juin prochain, nous continuerons à mener campagne jusqu’à ce que la municipalité et les différents conseillers municipaux nouvellement élus s’engagent à mettre fin au jumelage de Toulouse avec Tel-Aviv. Il y a urgence à envoyer un signal fort à Netanyahu et ses soutiens : la colonisation de la Palestine ne se fera pas en notre nom !