Partager :

Khaled Barakat, écrivain palestinien et coordinateur international de la campagne pour la libération d’Ahmad Sa’adat, a déposé un recours contre la dernière attaque des autorités d’immigration allemandes contre lui. Le bureau de l’immigration de Berlin a annoncé qu’il avait l’intention de le bannir d’Allemagne pendant quatre ans en raison de ses convictions politiques, de ses écrits et de ses articles, en particulier de son rejet du « droit d’Israël à exister » et de son soutien à la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Barakat et son avocat ripostent devant le tribunal contre le décret, le dernier d’une longue série d’actions répressives de l’État allemand visant des militants et des organisateurs palestiniens travaillant en solidarité avec la Palestine.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun a discuté avec Khaled Barakat de la situation en Allemagne et de la lutte pour la libération de la Palestine. Lisez notre interview ci-dessous pour une discussion critique des problèmes clés auxquels notre mouvement est confronté, du racisme et de la répression à une vision pour une Palestine libérée.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour un événement virtuel le jeudi 26 mars, « Combattre la répression anti-palestinienne avec Khaled Barakat ». Cet événement aura lieu sur Zoom à 20H00. Rejoignez l’événement Facebook ICI.

Pour vous inscrire à l’événement Zoom et recevoir des informations d’accès, veuillez visiter ce lien ICI.

Samidoun : Pourquoi pensez-vous que les autorités allemandes et le bureau de l’immigration de Berlin poursuivent leurs attaques politiques contre vous, même si vous ne vivez plus en Allemagne?

Khaled Barakat : La principale raison pour laquelle les autorités allemandes ont pris cette décision de m’interdire pendant quatre ans d’entrer en Allemagne est de faire taire et réprimer plus largement les communautés palestiniennes et arabes en Allemagne. Cette affaire a commencé avec la confiscation du droit de parole, avec l’interdiction politique de mon discours lors de l’événement du 22 juin 2019, mettant fin à un événement organisé par trois organisations de la communauté arabe. Mon discours prévu lors de cet événement était une discussion sur le soi-disant « accord du siècle » de Trump, et ils l’ont trouvé si inacceptable que j’en parlerais, qu’ils ont envoyé la police pour l’empêcher de se produire.

Cela a commencé comme une attaque contre la liberté d’expression, et cela reste une attaque contre la liberté d’expression. L’Allemagne tente de créer un « exemple » avec moi, pour montrer que ceux qui s’opposent aux politiques israéliennes et à la position politique allemande en faveur de l’occupant et du colonisateur seront soumis au silence et à la répression. Ils ne veulent pas qu’Israël – ou l’Allemagne – fasse face à ce type de critique ouverte.

De plus, ils ne sont pas seulement inquiets pour un écrivain qui écrit des articles et donne des conférences. Ils sont préoccupés par la force de la communauté arabe à Berlin. Ils veulent saper les tentatives de la communauté de s’organiser, en particulier les activités des jeunes palestiniens et arabes, qui peuvent devenir un véritable pouvoir s’ils se rassemblent, se mobilisent et s’organisent pour la justice en Palestine, mais aussi en Allemagne, en luttant contre le racisme et toutes les formes d’oppression.

S : Tout au long du document, ils soulèvent à plusieurs reprises que vous avez exprimé votre soutien au droit des Palestiniens de résister à l’occupation. Dans le même temps, ils affirment que s’opposer au « droit à la défense nationale » d’Israël est en fait antisémite, de sorte qu’ils n’adoptent pas une sorte de position pacifiste et soutiennent plutôt un monopole israélien sur les armes et la « violence ». Pourquoi pensez-vous qu’il est important de défendre le droit des Palestiniens à résister?

KB : Les Palestiniens résistent à l’occupation et à la colonisation depuis plus d’un siècle. Ils ont mené révolution après révolution. Leur révolution est continue ; elle n’a jamais cessé et elle perdura jusqu’à la libération de la terre et du peuple de Palestine. La résistance palestinienne est un droit, et ce droit appartient à tous les Palestiniens. Ce droit découle de la légitimité de notre juste cause : la libération de la Palestine et le retour des réfugiés. Si nos desseins sont atteints, lorsque nos objectifs seront réalisés, il n’y aura pas besoin de résistance armée.

Mais tant que la Palestine est occupée, tant que la colonisation confisque nos maisons, tant qu’il y a un système de colonisation de peuplement et d’apartheid implanté en Palestine, les Palestiniens continueront de résister sous toutes les formes. Les Palestiniens résisteront par la protestation populaire, en construisant leurs mouvements populaires et en renforçant leur résistance militaire à l’occupation.

S : Il y a eu des tentatives de classer la résistance palestinienne comme « terroriste », quelque chose que nous voyons dans ce document, même s’il repose uniquement sur des discours et des écrits politiques. Que pensez-vous de ce cadrage et pourquoi est-il utilisé?

KB : Le colonisateur imposera toujours un ensemble d’étiquettes aux colonisés lorsqu’ils se lèvent et résistent. Ils nous ont traités de sauvages, de barbares et maintenant de terroristes. Par exemple, nous avons vu le terme « terroriste » utilisé contre la population autochtone et indigène en Amérique du Nord, comme l’incarnation moderne de ces termes passés, lorsque les peuples se lèvent pour protéger leurs terres et les gens de la violence coloniale et l’extraction. Plus récemment, nous avons vu ce terme utilisé à plusieurs reprises par des groupes de droite visant à attiser la haine raciste et la dure répression contre les défenseurs des terres Wet’suwet’en et leurs camarades de lutte à travers le Canada, alors qu’ils bloquent la construction du pipeline et le trafic ferroviaire et portuaire pour protéger les terres autochtones.

De même que le terme « terrorisme » n’est pas uniquement appliqué à la Palestine, bien entendu, la lutte armée pour résister au colonialisme n’est pas le seul domaine des Palestiniens, même s’il peut sembler appartenir à la rhétorique du mouvement sioniste et de l’État israélien, adoptée ici par des fonctionnaires allemands. De nombreux mouvements et révolutions de libération nationale à travers le monde étaient historiquement et sont actuellement basés sur la lutte armée et en font un élément central de cette lutte pour la libération. Le peuple algérien a gagné sa libération par la lutte armée, malgré le coût amer de 1,5 million de martyrs arrachés par le colonialisme français.

Aujourd’hui, lorsque le peuple des Philippines se bat pour défendre sa terre, ses ressources et ses droits et se bat pour une véritable réforme agraire et un changement social, il a le droit de prendre les armes dans sa lutte. Lorsque le peuple de Namibie a résisté à la colonisation allemande et a fait face à des massacres commis par les envahisseurs allemands à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, il avait le droit de prendre les armes et de résister par tous les moyens nécessaires aux forces colonialistes envahissant leurs terres et confisquant leurs ressources.

L’important ici est que ce sont les peuples qui sont colonisés qui déterminent leurs formes de lutte, comment ils utilisent ces formes de lutte et quand ils les utilisent, selon les besoins et les diktats de la lutte de libération et du peuple, pas selon les caprices du colonisateur. L’Allemagne, les États-Unis et ces forces responsables de la misère du peuple palestinien n’ont aucun rôle à jouer pour déterminer comment le peuple palestinien lutte pour sa libération.

S : Ce document fait également référence à plusieurs reprises à la campagne de boycott, en particulier à la campagne BDS. En mai 2019, le Bundestag a adopté une résolution anti-BDS, qui était alors déclarée « non juridiquement contraignante ». Pourtant, nous trouvons ici qu’elle a été citée à plusieurs reprises comme une raison pour interdire à une personne d’entrer en Allemagne pendant quatre ans pour aucune autre raison que son soutien à la libération de la Palestine : une attaque légale claire contre la liberté de circulation et d’expression justifiée par des citations répétées de cette résolution. Ils tentent de qualifier la campagne BDS d’antisémite et justifient sa suppression sur cette base, malgré le fait qu’il s’agisse d’un appel palestinien fondé sur les principes du droit international et des droits de l’homme. Qu’en pensez vous ?

KB : L’Allemagne et Israël attaquent les voix palestiniennes et les partisans de la Palestine pour protéger leurs intérêts dans la colonisation de la Palestine. Ils ne se soucient pas des Juifs du monde entier, mais de la perpétuation de la colonisation. Ils affirment que la campagne BDS rappelle des souvenirs du boycott nazi des entreprises juives ; bien sûr, cependant, la campagne BDS n’a rien à voir avec les entreprises juives en Allemagne ou ailleurs, mais avec les entreprises israéliennes en Palestine occupée ainsi que les sociétés multinationales qui tirent d’énormes profits de la confiscation des droits des Palestiniens.

En fait, une de ces multinationales qui est une cible majeure des campagnes BDS est HeidelbergCement, la cimenterie allemande qui pille les ressources naturelles palestiniennes en Cisjordanie occupée de Palestine. Il semble qu’il n’y ait, en réalité, pas de culpabilité allemande pour les crimes nazis, mais son intérêt personnel à protéger ses sociétés impliquées dans le vol de ressources d’un peuple occupé et colonisé. Dans le même ordre d’idées, l’Allemagne s’oppose à la compétence de la Cour pénale internationale en Palestine occupée ; n’est-ce pas pour protéger les entreprises très allemandes qui profitent des crimes de guerre ?

Nous voyons aujourd’hui que le mouvement sioniste est étroitement aligné avec les forces d’extrême droite, néonazies et fascistes en Allemagne et dans toute l’Europe. Ce sont ces groupes qui menacent les Juifs en Europe – ainsi que nos communautés, qui ont été victimes d’attaques racistes brutales. D’un autre côté, les Juifs qui dénoncent le sionisme et soutiennent les droits des Palestiniens sont eux-mêmes attaqués comme « antisémites », tout comme les Palestiniens, tandis que les fascistes ont les mains libres.

Quel parti poussait une motion anti-BDS et anti-palestinienne encore plus extrême au Bundestag ? L’AFD, l’Alternative Für Deutschland, le parti politique raciste d’extrême droite qui regorge de sympathisants fascistes, car ils y voient un soutien à leur allié Israël et une autre façon d’attaquer les communautés arabes et palestiniennes en Allemagne. Et, bien sûr, le reste des partis en Allemagne, y compris le SPD et la CDU, ont permis d’encourager ce type d’agitation anti-palestinienne, comme nous le voyons dans cette dangereuse résolution du Bundestag.

Loin d’exprimer la culpabilité ou la responsabilité des atrocités nazies contre les Juifs en Europe et les crimes de l’Holocauste, cette résolution et les autres attaques officielles anti-palestiniennes sont une tentative de transférer la responsabilité des crimes du fascisme européen aux communautés palestiniennes et arabes, en particulier aux populations réfugiées en quête de refuge et de sécurité. Il s’agit d’une résolution extrêmement raciste.

Les groupes racistes de droite sont en alliance directe avec Gilad Erdan et le ministère des Affaires stratégiques pour attaquer cette forme d’expression la plus fondamentale des Palestiniens et de leurs partisans et alliés – le boycott des produits et institutions israéliens. Pendant ce temps, le BDS est soutenu par les voix progressistes et les mouvements sociaux du monde entier, par un nombre croissant de syndicats, de partis de gauche, par la communauté LGBT progressiste qui rejette le pinkwashing, le mouvement des femmes anticolonialiste, les mouvements de libération et les peuples opprimés du monde entier. Il existe un consensus palestinien sur le BDS et le boycott d’Israël. Il existe un consensus populaire arabe, même si les régimes réactionnaires poussent un programme de normalisation.

En réalité, ils sont inquiets parce que le BDS est en train de devenir un outil de sensibilisation du public en Allemagne qui, dans les sondages d’opinion, montre toujours un plus grand soutien à la cause palestinienne. Il expose les relations entre l’Allemagne et Israël, l’alliance de la colonisation et de l’exploitation. C’est l’Allemagne qui a fourni gratuitement des sous-marins nucléaires à Israël et continue de fabriquer et de vendre ces navires de guerre à la puissance occupante. Ces sous-marins sont connus pour être équipés d’ogives nucléaires. Ce n’est qu’une partie du rôle de l’Allemagne dans la militarisation et la déstabilisation de notre région. Nous ne voulons pas des armes nucléaires d’Israël dans notre région !

L’Allemagne ne fait pas que militariser Israël, elle devient connue des habitants de la région comme un ennemi des Arabes et des Palestiniens, non seulement parce qu’ils prennent ces positions pour défendre l’occupation israélienne contre tout type de pression ou de responsabilité, mais à cause du racisme et l’oppression dirigée contre les communautés arabes et autres réfugiés en Allemagne.

S : Il semble que l’Allemagne ne veuille laisser aucune chance aux Palestiniens de résister. Ils vous accusent d’être un danger pour la défense du droit des Palestiniens à résister par la lutte armée, mais aussi que vous êtes un danger parce que vous soutenez une campagne très populaire, le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions.

KB : L’Etat allemand ment quand il prétend respecter le droit international. Si Merkel et l’Allemagne respectent réellement le droit international, elles devraient accueillir et s’engager activement dans le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions, qui est un appel fondé sur le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’homme.

Le gouvernement allemand devrait boycotter Israël ! Tous les partis allemands devraient boycotter Israël, y compris le SPD, qui cherche à blâmer la jeunesse palestinienne pour l’antisémitisme en Allemagne, et Die LINKE, dont la lâcheté de la direction signifie qu’il trahit à plusieurs reprises ses principes supposés de gauche en ce qui concerne la Palestine. Si l’Allemagne soutient véritablement le droit international, la démocratie, la paix, les droits de l’homme et toutes ces phrases qu’elle invoque dans les déclarations officielles, alors l’Allemagne devrait soutenir les Palestiniens. En fait, il devrait fournir un soutien financier, politique et militaire au peuple palestinien. Il ne devrait pas fournir ce soutien à Israël, à l’occupant et au colonisateur.

S : Dans le document, ils ont dit que vous êtes allé au Parlement européen. Ils prétendent que le fait de parler au Parlement est en quelque sorte la preuve que vous êtes un chef du FPLP, et ils citent des plaintes israéliennes au sujet de votre discours, mais pas la propre réponse du Parlement les rejetant. Bien sûr, votre discours portait sur la violation par l’Allemagne de vos droits et la réduction au silence de votre discours par le biais de l’interdiction politique. Pourquoi pensez-vous qu’ils disent cela au sujet de leur propre institution parlementaire de l’Union européenne?

KB : Les colonisateurs sont furieux quand les colonisés résistent, même en prononçant un discours au Parlement européen. Plus encore, ils veulent que nous soyons isolés. Le but de ces attaques est de faire peur non seulement à moi en tant qu’individu, mais à la communauté dans son ensemble.

Si tous peuvent voir cela à la place, nous avons le soutien de personnes du monde entier, de toute l’Europe et même du Parlement, ils peuvent voir que nous ne sommes pas seuls. Nous ne sommes ni isolés ni réduits au silence, malgré tous leurs efforts. Lorsque les groupes de solidarité s’expriment et nous soutiennent pour élever la voix et continuer à lutter, il est clair que les Palestiniens ne sont pas isolés et nous avons des amis.

Lorsque nous sommes allés au Parlement européen, notre objectif était de dénoncer les violations allemandes contre les Palestiniens et les partisans de la Palestine en Allemagne. Mon cas n’est qu’un cas, ce n’est pas le seul ni même le plus important.

Ceci est également profondément lié à la lutte contre le racisme et l’oppression en Allemagne. Les migrants de toutes les régions et de tous les horizons, les Arabes, les Africains, les Kurdes, les Iraniens et d’autres, ainsi que les Roms et autres communautés marginalisées d’Europe, souffrent tous d’oppression et de racisme en Allemagne sous diverses formes. Ils veulent personnaliser ce cas et en faire un problème individuel, alors que le vrai problème est une lutte collective pour la justice.

S : Tout au long du document, ils font référence au terme d’antisémitisme à plusieurs reprises, bien qu’ils ne citent jamais rien de ce que vous dites qui serait anti-juif. Au lieu de cela, ils assimilent ouvertement l’opposition au sionisme et à Israël à de l’antisémitisme. Que pensez-vous de cette argumentation ?

KB : L’antisémitisme existe et est réel, et les principaux auteurs sont des groupes racistes et anti-juifs de droite, les mêmes groupes qui attaquent également les personnes de couleur. Ce sont les mêmes fascistes qui peuvent organiser des rassemblements dans les rues d’Allemagne, tandis que les responsables allemands défendent leur « liberté d’expression » et la police s’en prend aux antifascistes qui les défient.

Sans parler de l’extrême droite « légitimée », comme celles de l’AFD, qui sont entrées au Parlement avec des campagnes basées sur une rhétorique raciste. Ce sont ces forces qui présentent le danger de l’antisémitisme en Allemagne, et nous devons nous opposer à ces forces et les combattre ensemble. Ce sont également les mêmes groupes qui représentent une menace permanente et directe pour les Palestiniens, les Arabes et toutes les communautés de couleur en Allemagne.

Pour les Palestiniens, la différence entre le mouvement sioniste et les Juifs est assez claire. Notre lutte n’a jamais été un conflit religieux. Ce ne sont pas les Palestiniens qui devraient être interrogés par les autorités allemandes sur l’antisémitisme. Cependant, il s’agit d’un combat important – dans le vrai sens du terme – car il peut également contribuer à approfondir l’unité entre les forces progressistes juives et les Palestiniens et les Arabes confrontés au racisme, à l’antisémitisme et à l’oppression en Allemagne, ce qui signifie également affronter le sionisme.

Cette lutte est une lutte dans laquelle nous pouvons nous unir pour construire un front uni, loin de conduire à des tensions et des divisions. Cependant, l’État n’est pas intéressé à faire face à la menace présentée par les fascistes; à la place, nous voyons cette volonté de déplacer la responsabilité des crimes historiques et de l’héritage du nazisme et de l’Holocauste et de blâmer les Palestiniens à la place.

Il ne faudrait même pas le dire, mais s’opposer à Israël n’est pas antisémite. L’opposition au sionisme n’est pas antisémite. Comme je l’ai mentionné, les Juifs progressistes sont également attaqués en Allemagne sous la même bannière. Des Juifs et des Palestiniens ont été jugés pour avoir interrompu un membre de la Knesset. Le compte bancaire de Jewish Voices for a Just Peace a été fermé, la première fois que cela a été fait à un groupe juif en Allemagne depuis l’ère nazie.

Ces tentatives officiellement soutenues de punir et de réprimer les Juifs progressistes qui défient le sionisme sont en elles-mêmes antisémites, tout comme l’équation des Juifs et du judaïsme avec le sionisme, l’occupation et l’oppression – quelque chose qui est fait par les partisans allemands de l’apartheid et du racisme en Israël.

S : Ils disent également qu’il est inacceptable que vous ne « reconnaissiez pas le droit d’Israël à exister », qu’ils semblent vouloir créer comme condition préalable à tout discours ou expression politique palestinien. Quelle est votre réponse à cela ?

KB : Pour les Palestiniens, reconnaître « le droit d’Israël à exister » n’est pas seulement une trahison mais un effacement de notre vérité, de notre histoire et de notre lutte. C’est une justification de la Nakba et des crimes contre notre peuple.

Les États n’ont pas le « droit d’exister ». Seuls les peuples possèdent ce droit. Les peuples ont le droit de vivre, mais pas les États, pas les systèmes politiques et surtout pas les projets coloniaux et les régimes d’apartheid. Ce que cela suggère également, c’est qu’il est impossible d’envisager une alternative à Israël. Et ce que nous disons, c’est que l’alternative à Israël est en effet possible : une Palestine démocratique, une société démocratique et laïque.

Nous nous battons pour construire notre société, une société libérée et non l’État. Nous nous battons pour l’humain. C’est au cœur de notre cause. Les Palestiniens seront victorieux non seulement en mettant fin à l’existence de la colonisation et de l’apartheid en Palestine, mais aussi en offrant une véritable alternative à tous les Palestiniens, pour vivre sur un pied d’égalité indépendamment de leur religion, couleur, sexe, orientation sexuelle, etc.

S : Pensez-vous que le gouvernement allemand est impliqué dans la promotion de la « normalisation » ou du faux dialogue qui vise à justifier le colonialisme en Palestine en le présentant comme un « dialogue arabo-juif », alors qu’il s’agit vraiment de soutenir Israël ?

KB : Oui, ils ne veulent pas voir une unité réelle et significative entre les Juifs progressistes et les Arabes progressistes à Berlin et dans toute l’Allemagne. Au lieu de cela, l’État allemand et le gouvernement local de Berlin souhaitent apparemment promouvoir des efforts de normalisation qui faussent les relations entre les communautés arabe et juive en Allemagne en une relation qui concerne principalement Israël et la défense du colonialisme, plutôt que de faire face au racisme et à l’oppression ensemble.

Nous nous opposons à ces efforts de normalisation et nous sommes prononcés contre eux, et c’est une autre raison pour laquelle nous voyons cette dernière attaque. Si vous regardez, par exemple, la façon dont ils ont utilisé le cadre du « dialogue interconfessionnel » pour tenter d’amener des représentants des groupes de pression sionistes dans les mosquées de Berlin, cet effort a été soutenu par des responsables berlinois et des représentants du SPD. Ces efforts ne profitent pas à nos communautés ; ils visent uniquement à saper l’organisation palestinienne et arabe et tout mouvement réel vers une lutte commune.

S : Vous avez déjà discuté du racisme en Allemagne. Nous avons récemment assisté à l’horrible massacre raciste à Hanau. Dans le même temps, malgré toutes les condamnations de violence raciste extrême, nous voyons des responsables allemands, y compris le sénateur de l’Intérieur à Berlin, publier à plusieurs reprises des communiqués de presse et organiser un spectacle public à propos du raids contre des bars à chicha dans la communauté arabe de Berlin, ou du courant dominant les médias publient des histoires sensationnalistes sur le « crime de clan ». Tout cela peut encourager et normaliser le racisme.

Dans le document, ils disent qu’ils font cela pour « dissuader les autres étrangers » d’une activité politique similaire. Selon vous, quelle est la relation entre cette affaire et le racisme en Allemagne ?

KB : Quand il y a une attaque raciste contre des communautés palestiniennes, arabes, africaines, turques, kurdes, iraniennes et autres, elle est souvent qualifiée d’incident isolé entraîné par des pathologies individuelles. Il existe une réelle résistance à l’examen du contexte du mouvement de droite et de la violence d’extrême droite en Allemagne. Les médias sont complices et la classe dirigeante est complice. Nos communautés sont discutées comme si notre existence était une crise et un problème; l’image d’une femme portant le hijab est dépeinte comme exotique ou dangereuse.

Les seules forces qui bénéficient de ce type de propagande sont la classe dirigeante et les capitalistes qui souhaitent opposer les travailleurs allemands aux communautés de migrants plutôt qu’aux sociétés qui exploitent, et bien sûr, les régimes qui profitent du racisme. Nous souhaitons une société allemande plus forte, fondée sur la solidarité et l’aide mutuelles, en particulier en cette période de crise. En réalité, l’État allemand doit reconnaître sa propre responsabilité dans les crimes contre notre peuple qui les ont forcés à fuir et à chercher refuge.

L’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Union européenne, le Canada, les États-Unis veulent tous éviter tout examen minutieux de leurs guerres et occupations en cours dirigées contre les habitants de la région et des effets dévastateurs de leur militarisation de notre région. Les forces impérialistes ne veulent pas s’attaquer à leurs sales jeux et à leurs attaques dévastatrices qui ont forcé notre peuple à migrer.

C’est l’Allemagne qui bénéficie des connaissances, de la culture et de la créativité des populations migrantes et réfugiées qui enrichissent la société allemande malgré les dégâts considérables que l’État allemand et d’autres puissances impérialistes ont causés à leur pays d’origine.

S : Dans ce document, ils parlent aussi assez souvent du Front Populaire pour la Libération de la Palestine. Ils admettent qu’ils ne peuvent pas documenter votre prétendu rôle au sein du Front et que le FPLP n’est pas interdit en Allemagne, mais ils disent toujours qu’il est « dangereux » que vous exprimiez les positions du Front parce qu’il figure sur la liste de l’UE des organisations terroristes . Que pensez-vous de ces types de « listes terroristes »?

KB : Le Front Populaire n’est pas une organisation illégale en Allemagne. C’est le plus grand parti de gauche palestinien, qui a une riche histoire de lutte progressiste et révolutionnaire. Les sympathisants du Front se comptent par milliers – rien qu’en Allemagne et en Europe. Ils sympathisent avec le Front parce qu’ils croient à l’égalité et à une Palestine démocratique et parce qu’ils s’opposent au racisme et à toutes les formes d’oppression.

La soi-disant « liste du terrorisme » de l’UE et d’autres, comme aux États-Unis, est un moyen de chantage politique contre les luttes populaires et les forces révolutionnaires. C’est une forme de « carotte et de bâton ». Il est utilisé pour tenter d’extraire des concessions de ces organisations. S’ils accordent ces concessions, ils peuvent être retirés de la liste. S’ils deviennent des traîtres à leur peuple et des agents de l’impérialisme, ils peuvent se retirer de la liste.

Il y a également une tentative d’induire le public en erreur. Ils énumèrent les organisations révolutionnaires et les mouvements de libération aux côtés des groupes criminels dans un méli-mélo, puis disent que ce sont les mêmes. Au final, ces listes sont un échec; ils ne changeront jamais l’engagement politique et la position des peuples, ni n’empêcheront les peuples opprimés de lutter pour leur libération.

L’autre objectif de ces listes terroristes est d’effrayer les gens, de dire que si vous avez une quelconque relation, même une relation politique avec le Hamas, le FPLP, les FARC, le Parti communiste des Philippines, des organisations turques ou kurdes, alors vous pourrait être poursuivi. Ils tentent de restreindre l’espace de l’activité politique dans leur propre pays et d’effrayer les gens dans le silence par crainte de subir des persécutions pour avoir parlé de ces mouvements. Dans tous les cas, ils ne parviennent pas à redéfinir les objectifs fondamentaux et la politique du peuple palestinien – ou d’autres peuples qui luttent pour la libération – à travers ce type de mesures répressives.

S : Et Israël ? Quel est le rôle de l’État israélien dans tout cela ? Le document semble faire écho aux affirmations des agences de propagande israéliennes.

KB : Israël perd la bataille internationale contre les partisans de la Palestine. Il y a un soutien croissant pour le BDS et pour mettre fin à l’impunité israélienne pour les crimes de guerre. Et donc, Israël court vers ses partisans et alliés, les puissances impérialistes, pour obtenir son soutien : l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, les États-Unis. L’impérialisme est dans une alliance stratégique avec Israël et le sionisme, il n’est donc pas surprenant que les partis de la classe dirigeante de ces pays acceptent cet impératif de dénoncer la libération de la Palestine et de défendre l’apartheid par tous les moyens.

Le ministre israélien raciste et de droite des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, mène cette bataille perdue et agit également pour justifier les dizaines de millions de dollars dépensés sur le budget de son ministère pour une propagande de mauvaise qualité. Le ministère d’Erdan a acheté sa couverture médiatique dans le Jerusalem Post. Publier ce type de contenu est devenu un travail rémunéré pour certains Israéliens.

Maintenant, bien sûr, Erdan est également le ministre de la Sécurité publique, ce qui signifie qu’il est responsable des violations et des crimes contre les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes. Beaucoup de ces attaques se sont concentrées sur des organisations de défense des prisonniers palestiniens, notamment des organisations de défense des droits de l’homme en Palestine et des groupes d’activistes internationaux comme Samidoun. Les prisonniers palestiniens sont confrontés à une attaque vicieuse à l’intérieur des prisons sionistes, et c’est une nouvelle tentative d’isoler les prisonniers.

Il existe un lien entre l’oppression des Palestiniens chez eux, en particulier les prisonniers, et le ciblage des Palestiniens et de leurs partisans à travers le monde, y compris le mouvement BDS. Ils vont de pair.

Israël considère la lutte internationale comme une menace. Ils ne peuvent pas rassembler des militants à New York, Berlin, Bruxelles, Chicago ou Malmö et les placer en détention administrative pendant six mois comme ils le font pour leurs frères et sœurs à l’intérieur de la Palestine occupée. Le sale rôle appartient donc aux gouvernements des États impérialistes, Belgique, Allemagne, États-Unis, France et autres, de réprimer le mouvement pour la Palestine.

Les prisonniers palestiniens qui sont aujourd’hui confrontés à des menaces intenses – y compris le coronavirus, en particulier parce que nous savons à quel point Israël se soucie peu de la santé et de la vie des prisonniers palestiniens – alors qu’ils font partie des meilleurs. Ils sont les chefs de file de la résistance palestinienne et le noyau solide de notre lutte de libération. C’est pourquoi il est si crucial pour le mouvement de solidarité dans son ensemble de placer la lutte pour leur liberté comme l’un de ses principaux piliers, surtout si nous voulons vraiment lutter contre les attaques d’Erdan et de son ministère raciste.

S : Pourquoi pensez-vous qu’il est important de contester ces mesures?

KB : Nous contestons cela légalement et politiquement parce que nous voulons dire clairement que nous ne serons pas réduits au silence face à l’intimidation et que nous ne reculerons pas. Nous allons utiliser tous les canaux juridiques qui nous sont ouverts pour poursuivre cette lutte. Il est nécessaire pour nous de riposter afin de ne pas leur faciliter la tâche à l’avenir.

Si nous ne contestons pas ces attaques, revendiquons nos droits et disons « non », que se passera-t-il ? Ils vont opprimer plus de gens et tenter d’intimider plus de gens. Nous devons faire prendre conscience de l’oppression à laquelle notre peuple est confronté pour sa participation à la lutte pour la libération de la Palestine.

Bien sûr, ils veulent nous distraire de nos objectifs principaux, créer des obstacles et rendre ce chemin de libération extrêmement difficile. Mais nous pouvons également en faire une occasion d’informer le public sur la réalité d’Israël et de la cause palestinienne, sans parler du racisme et de la lutte des immigrants, des réfugiés et des personnes de couleur en Allemagne et dans toute l’Europe.

Il est important que les peuples soutiennent non seulement mon cas, mais soutiennent les principes sous-jacents, y compris notre droit à la liberté d’expression. Ces précédents ne sont pas limités aux seuls Palestiniens et Arabes ; ils reflètent une intention de faire taire les voix pour la justice qui constitue une menace pour la société tout entière.

Les Palestiniens de la diaspora, en particulier la jeune génération, doivent reprendre leur rôle dans la lutte. Les femmes palestiniennes, en particulier, doivent restaurer leur rôle principal et central dans le mouvement, rôles qui ont été supprimés par Oslo et ses suites. Les classes populaires palestiniennes doivent s’élever contre toutes les conditions de liquidation de notre cause et de notre identité.

La seule façon d’y parvenir est de rassembler notre peuple et de faire en sorte que les Palestiniens de la shatat (diaspora) assument leurs responsabilités envers eux-mêmes et envers la Palestine. Nos communautés palestiniennes d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Amérique latine ont des tâches stratégiques à jouer pour se soutenir mutuellement, soutenir les camps de réfugiés, soutenir notre peuple chez nous et créer une nouvelle dynamique dans laquelle nous surmontons l’étape d’Oslo dans laquelle nous sommes embourbés depuis plus de 25 ans. Une génération palestinienne entière est née depuis la dévastation d’Oslo, avec le potentiel de tracer une voie de lutte nouvelle et relancée.

Quelles sont les tâches de la phase actuelle pour les Palestiniens en général et les Palestiniens à l’extérieur ? C’est la question à laquelle les colonisateurs ne souhaitent pas que nous répondions collectivement. C’est pourquoi ils essaient de nous distraire et tentent de créer des obstacles par le biais de poursuites judiciaires et d’attaques similaires.

Pour les Palestiniens, nous savons que c’est un long chemin de lutte et de résistance. Nous ne nous attendons pas à libérer la Palestine demain. Nous savons que nous affrontons des forces très puissantes. Mais nous savons avec une profonde certitude que nous libérerons un jour la Palestine.

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra