Partager :

Il y a cinquante ans, l’intellectuel palestinien Ghassan Kanafani a présenté une position claire sur le boycott d’Israël. À l’époque, Kanafani n’était pas seulement un romancier et un nouvelliste estimé. Il était également l’un des principaux porte-parole de la révolution armée palestinienne, représentant le Front Populaire de la Libération de la Palestine.

« Notre boycott d’Israël n’est pas basé sur une position émotionnelle, mais plutôt, il vient de la nature de notre confrontation contre cet ennemi. Le boycott est en soi une déclaration », a écrit M. Kanafani.

Ses remarques ont été faites en réponse à un débat entre étudiants israéliens et palestiniens organisé à Chypre par la BBC. « S’asseoir avec l’ennemi – même dans un studio de télévision – est une erreur majeure dans la bataille, et nous ne devrions pas la considérer comme une question mineure », a déclaré M. Kanafani. « Nous sommes en état de guerre, et au moins pour les Palestiniens, c’est une question de vie ou de mort ».

Les mots de Kanafani ont été repris dans le magazine Palestinian Affairs en août 1972, après son assassinat par le Mossad, l’agence de renseignement israélienne. Sa propre vie reflétait une approche complémentaire de la résistance palestinienne : lutte armée, travail culturel, solidarité internationale et activité de boycott se conjuguant pour atteindre les objectifs de justice, de libération et de retour.

 

Une vision unitaire

 

Il est admis que la vision historique d’une libération globale peut fournir des leçons importantes pour aider les militants d’aujourd’hui pour la justice en Palestine confrontés à de nouvelles attaques répressives.

Cette vision unitaire de la résistance palestinienne a subi une attaque soutenue et vicieuse de la part des organes de propagande israéliens tels que son ministère des Affaires stratégiques. Jusqu’au début de l’année, ce ministère était dirigé par Gilad Erdan, un politicien de droite du Likoud qui, dans son rôle de ministre de la sécurité intérieure, a également eu à son crédit de détenir les corps des Palestiniens tués et de réduire les rations d’eau des prisonniers palestiniens.

Gilad Erdan est maintenant prévu pour être le dernier criminel de guerre à représenter Israël en tant qu’ambassadeur aux États-Unis et aux Nations unies.

Les affirmations de ces propagandistes sont souvent sans fondement, mal documentées et ridiculement conspiratrices.

Le ministère des Affaires stratégiques a intensifié ses attaques contre les groupes palestiniens de défense des droits de l’homme qui coopèrent avec la Cour pénale internationale, suggérant qu’il s’agit de groupes de façade pour des partis politiques interdits comme le Front Populaire de Libération de la Palestine.

Les alliés d’Israël en Europe, aux États-Unis et ailleurs, qui ont eux-mêmes une longue histoire de colonialisme raciste, de colonisation de peuplement et d’impérialisme actuel, ont répondu positivement à ces campagnes de propagande.

La résistance palestinienne sous toutes ses formes – même la simple expression du droit de boycotter et de refuser le commerce et l’interaction avec une puissance coloniale et l’exploitation par celle-ci – est salie comme étant inacceptable, fanatique et potentiellement criminelle.

Par exemple, l’Union européenne a imposé de nouvelles conditions au financement accordé aux organisations non gouvernementales palestiniennes. Ces conditions exigent des groupes qu’ils affirment que les individus, les employés et les partenaires impliqués dans leurs projets ne sont associés à aucune des grandes organisations politiques palestiniennes désignées comme « groupes terroristes » par l’UE – tout en récompensant Israël pour ses crimes.

Ces tentatives vont de pair avec des efforts visant à criminaliser le boycott d’Israël.

On peut citer comme exemple la résolution anti-BDS du parlement allemand ainsi que les restrictions supplémentaires de financement au Danemark, aux Pays-Bas et ailleurs qui interdisent spécifiquement les subventions aux organisations palestiniennes prônant le boycott, le désinvestissement et les sanctions.

Cette campagne répressive vise à criminaliser la résistance et l’organisation politique palestiniennes. Elle cherche également à réorienter les priorités palestiniennes, menaçant la bouée de sauvetage financière des groupes qui, par exemple, poursuivent les crimes de guerre israéliens devant la Cour pénale internationale, contestent le nettoyage ethnique à Jérusalem ou défendent les prisonniers politiques palestiniens contre la torture, les abus et les détentions injustes.

De manière cruciale, il cherche également à isoler à la fois le mouvement international de boycott et la résistance armée palestinienne d’un soutien international plus large et de l’un et l’autre, en essayant de créer un désaveu politique entre les deux afin de porter un coup combiné aux deux.

Des « ligues de village » collaborationnistes à la « coordination de la sécurité » de l’Autorité palestinienne dans le cadre des accords d’Oslo, Israël et ses partenaires impérialistes ont cherché à plusieurs reprises à forcer les organisations et mouvements palestiniens à se reconstruire à l’image du colonisateur.

Dans ce cas, ils exigent que le mouvement de boycott, les groupes de la société civile et les campagnes de solidarité abandonnent, rejettent et renoncent à tout lien avec les mouvements et les combattants qui ont maintenu en vie le peuple palestinien et sa cause.

 

Soutenir toute résistance

 

Afin de saper efficacement cette attaque, il est nécessaire non seulement de démentir les fausses affirmations, mais aussi de rejeter leur fondement même. L’association avec la résistance armée palestinienne et ses partis politiques n’est pas une cause de honte ni une justification de la répression.

On en trouve un exemple dans la campagne palestinienne de rejet des financements conditionnels ; des organisations ont refusé des subventions de millions de dollars afin de rester claires sur ces principes.

Un autre exemple se trouve au Liban. Samah Idriss, membre fondateur de la Campagne de boycott des partisans d’Israël au Liban, note : « Le boycott populaire fait partie intégrante de la ‘résistance totale’, qui inclut également la résistance armée. Les deux formes de résistance, civile et armée, sont complémentaires et ne doivent pas être considérées comme s’excluant mutuellement ».

Le soulagement momentané potentiel que l’on peut trouver en s’éloignant de la résistance armée ou en la désavouant est au mieux fugace.

Plus important encore, il s’inscrit directement dans la campagne visant à délégitimer, criminaliser et isoler ceux qui sont en première ligne de la lutte palestinienne. Israël et ses alliés n’ont jamais accepté aucune forme de résistance palestinienne, et les campagnes de boycott et l’organisation populaire ne sont pas des alternatives à la résistance armée mais des tactiques de lutte interdépendantes.

Toute défense significative du peuple palestinien doit clairement défendre le droit de résister au colonialisme par tous les moyens, y compris la lutte armée – et soutenir les efforts visant à retirer les groupes de résistance palestiniens des listes des « organisations terroristes ». Les campagnes politiques et médiatiques en faveur de la cause palestinienne doivent s’efforcer consciemment de maintenir la légitimité de la résistance armée et de la normaliser.

La légitimité de la lutte armée pour libérer un peuple de la domination coloniale et étrangère est d’ailleurs bien reconnue en droit international. En effet, les mêmes États européens qui cherchent aujourd’hui à criminaliser et à délégitimer la résistance palestinienne célèbrent en héros leurs propres résistants de la Seconde Guerre mondiale. L’Union européenne célèbre également officiellement Nelson Mandela, un praticien de la lutte armée qui ne s’est jamais excusé.

La constitution actuelle de la Suède oblige même explicitement les fonctionnaires à « agir de la manière qui sert le mieux l’effort de défense et les activités de résistance » en cas d’occupation du pays. Sur quoi se fonde donc la négation de ce droit aux seuls habitants occupés et colonisés par Israël, si ce n’est l’approbation raciste d’une telle oppression ?

La vision claire et la vie exemplaire de Kanafani nous fournissent une approche significative pour faire face à la répression et défendre la Palestine. La lutte populaire, la résistance armée, le mouvement de boycott arabe et international et les mouvements et combats de masse mondiaux pour la libération coulent, comme des torrents d’eau, à travers différentes terres et le long de différentes routes, pour se rassembler dans le courant précipité d’un avenir révolutionnaire palestinien.

 

Khaled Barakat est un écrivain et militant palestinien. Il a été soumis à une interdiction politique et exclu d’Allemagne pour son activité et son expression politiques sur la Palestine.
Article publié le 13 août 2020.

 

Source : The Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra