Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du 8 au 14 novembre 2021, plusieurs membres du Collectif Palestine Vaincra ont accompagné la tournée libanaise de « Fedayin, le combat de Georges Abdallah » aux côtés du Collectif Vacarme(s) Films et de la Campagne libanaise pour la libération de Georges Abdallah. Après des précédentes délégations au Liban en 2019 et 2021, ce nouveau voyage a une nouvelle fois permis de renforcer nos liens avec nos différents partenaires libanais et palestiniens.

Dimanche 8 novembre, nous avons rendu visite à nos partenaires du Club d’échecs palestinien du camp de réfugiés palestiniens de Chatila à Beyrouth. Organisation de base et indépendante, cette structure propose un cadre socio-éducatif à plus de 70 enfants. Fondé en 2013, les jeunes s’organisent en assemblée générale et sont soutenus par le coordinateur Mahmoud Al-Hanoun, un militant de gauche palestinien. Cette institution se revendique de l’école et l’héritage de Georges Habache et Georges Abdallah, d’ailleurs leurs portraits sont affichés dans le local du Club.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La journée s’est poursuivie par une visite dans le cimetière des martyrs de la révolution palestinienne. Ce lieu rend hommage aux milliers de personnes qui ont donné leur vie pour la Palestine, qu’elles soient palestiniennes, arabes ou internationales. D’importantes personnalités politiques y sont enterrées comme Ghassan Kanafani ou Maher Al-Yamani.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la soirée, nous avons à nouveau rencontré différents membres d’organisations palestiniennes et libanaises notamment le Front Populaire de Libération de la Palestine, l’Organisation populaire nassérienne, le Parti Communiste Libanais, la Campagne de boycott des supporters d’Israël au Liban ou encore le Mouvement de jeunesse pour le changement. La discussion a abordé la situation de la campagne de soutien à Georges Abdallah mais aussi la crise économique, la situation dramatique pour les réfugiés palestiniens ou encore la politique régionale vis-à-vis de l’occupation sioniste. Nous avons conclu cette première journée dans un bar intitulé Red Night tenu par d’anciens membres de Jammoul et dont la décoration rend hommage à la longue histoire de résistance contre l’impérialisme et le sionisme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dimanche 9 novembre, nous avons pu découvrir la une du journal libanais Al Akhbar qui a consacré un dossier complet sur Georges Abdallah avec un article du Collectif Palestine Vaincra mais aussi une interview du Collectif Vacarme(s) Films sur le film « Fedayin, le combat de Georges Abdallah » ou encore un article de Robert Abdallah à propos du livre « L’affaire Georges Ibrahim Abdallah » de Saïd Bouamama.

La journée s’est terminée par la première projection libanaise du documentaire « Fedayin, le combat de Georges Abdallah » au Théâtre Al Madina dans le quartier Hamra de Beyrouth. Plus de 120 personnes ont participé à cet événement qui a été conclu par un débat sur la situation actuelle de la mobilisation pour la libération du plus ancien prisonnier politique d’Europe animé par un représentant de l’équipe du film et Robert Abdallah, porte-parole de la Campagne libanaise pour la libération de Georges Abdallah.

Lundi 10 novembre, la tournée libanaise s’est poursuivie dans la ville de Saïda au sud de Beyrouth. Cette ville a une longue histoire de résistance face à l’invasion sioniste du Liban. La projection avait lieu dans le Centre Maarouf Saad du nom d’un responsable politique nassériste libanais et partisan de la Palestine. Il est mort le 6 mars 1975 des suites de ses blessures causées par des tirs par balles lors d’une manifestation contre la tentative d’une société de monopoliser la pêche et de détruire l’organisation syndicale parmi les pêcheurs. Lors de cette projection, Anwar Yassin était présent pour réaffirmer son soutien à Georges Abdallah. Icône de la résistance libanaise et militant communiste libanais, il a été prisonnier dans les geôles de l’occupation israélienne de 1987 à 2004 suite à différentes opérations contre l’occupation sioniste au sud du Liban. Il a été libéré dans le cadre d’un échange de prisonniers organisé par le Hezbollah.

Anwar Yassin

À cette occasion, la chaine de télévision Al Mayadeen a réalisé un reportage et le journal Al Akhbar a publié un article.

Le lendemain, la délégation a voyagé jusqu’à Tripoli au nord du pays. Le Front Populaire de Libération de la Palestine organisait un rassemblement de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim et à Georges Abdallah devant le siège de la Croix Rouge International. Plusieurs dizaines de personnes étaient présentes, en particulier des familles du camp de réfugiés palestiniens de Nahr El Bared.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après le rassemblement, une nouvelle projection de « Fedayin, le combat de Georges Abdallah » a réuni plus de 170 personnes au cœur de la ville de Tripoli. Celle-ci a été introduite par une intervention de Robert Abdallah qui a souligné l’importance de ce documentaire pour intensifier et développer la campagne de soutien au communiste libanais emprisonné en France depuis 1984.

Vendredi 12 novembre, nous sommes retournés dans le camp de Chatila afin d’aller à la rencontre des habitants qui vivent dans une extrême pauvreté. Ce camp abrite aujourd’hui environ 27 000 personnes, dont 14 000 réfugiés palestiniens luttant pour leur droit de rentrer chez eux qui leur est refusé depuis plus de 73 ans. Établi en 1948 par des réfugiés palestiniens expulsés de Palestine par les forces d’occupation sionistes pendant la Nakba, le camp a également été le site du tristement célèbre massacre de 1982 perpétré par l’occupation israélienne et les forces réactionnaires locales.

Ce fut l’occasion d’organiser une projection du documentaire sur l’histoire de Georges Abdallah et de la résistance palestinienne avec le Club d’échecs palestinien du camp qui a réuni de nombreux jeunes. L’événement s’est terminé par un échange sur le rôle de la France dans l’oppression du peuple palestinien et une danse de dabke réalisée par des enfants du club.

Ensuite, nous sommes allés au camp de Bourj Al Barajneh où nous avons été accueilli dans les locaux du FPLP. Nous avons pu discuter de la situation politique et sociale dans le camp mais aussi des perspectives pour la résistance palestinienne dans la région autour d’un excellent repas palestinien. Par ailleurs, ce camp abrite aussi le Centre Al Naqab qui fait un important travail auprès de la jeunesse palestinienne en toute autonomie vis-à-vis des différentes ONG et avec lequel nous avons pu échanger pour poursuivre notre travail commun.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ensuite, une projection de « Fedayin, le combat de Georges Abdallah » était organisée  en plein air dans le stade Rawdat Al-Qassam du camp réunissant de nombreuses personnes, dont plusieurs responsables d’organisations palestiniennes et libanaises. La soirée a été conclue par un atelier d’écriture de lettres à Georges Abdallah qui est devenu un véritable symbole anti-impérialiste pour les habitants du camp.

Pour le dernier jour de la délégation au Liban, nous nous sommes rendus dans le camp d’Ain al-Hilweh à Saïda. Ce camp regroupe plus de 100 000 réfugiés dans une zone d’un kilomètre carré et le plus important camp de réfugiés palestiniens du pays.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En se promenant dans les rues et ruelles du camp, nous avons pu observer les nombreuses banderoles en soutien aux prisonnières et prisonnier palestiniens, notamment les 6 héros de l’opération « Tunnel de la liberté » qui ont humilié l’État sioniste en s’évadant de la prison de Gilboa.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En milieu de journée, nous nous sommes rendus dans les locaux du Social Solidarity Center. Partenaire de notre collectif, nous développons ensemble des activités en soutien au droit au retour de tous les réfugiés palestiniens et pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain.

Le centre a organisé une projection de Fedayin qui a réuni plusieurs dizaines de personnes, dont beaucoup de jeunes et des responsables du FPLP et du Comité populaire du camp. L’initiative était animée par un membre de l’équipe du film et des jeunes du centre puis elle s’est conclue par un atelier d’écriture de cartes de soutien.

Enfin, une nouvelle projection a eu lieu en soirée dans un café culturel de Beyrouth. Celle-ci était organisée par le Festival Ciné-Palestine avec la présence du Collectif Vacarme(s) Films, de Robert Abdallah et d’Anis Germany. L’occasion de continuer les échanges avec la Campagne libanaise pour la libération de Georges Abdallah et de réaffirmer notre engagement mutuel à développer la campagne de solidarité avec le plus ancien prisonnier politique d’Europe. Alors que la mobilisation passe une étape importante en France en se massifiant significativement, cette délégation visait à renforcer la dimension internationale et anti-impérialiste de ce combat ! 

Délégation de la Campagne libanaise pour la libération de Georges Abdallah